Jeudi 27 février 2020 | Dernière mise à jour 19:13

Humeur La corruption, la Suisse, l'Angola et les diamants

Selon le dernier classement de Transparency International, les pays riches sont vertueux, les pays pauvres corrompus. Pas un peu simple?

«The Art of Grisogono», le diamant angolais de 163,4 carats a été vendu pour 33 millions de francs chez Christies à Genève en novembre 2017. Que du bonheur pour l'industrie du luxe.

«The Art of Grisogono», le diamant angolais de 163,4 carats a été vendu pour 33 millions de francs chez Christies à Genève en novembre 2017. Que du bonheur pour l'industrie du luxe. Image: AFP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Chaque année est publié le classement mondial des pays vus sous l'angle de la corruption par Transparency International. En 2019, la situation a peu évolué. En tête, le Danemark, la Nouvelle Zélande, la Finlande, Singapour, la Suisse... En queue de classement: la Syrie, le Soudan du sud et la Somalie...

La richesse rend vertueux

Autrement dit, les pays plus pauvres et ravagés par des guerres seraient les pays les plus corrompus et les plus riches vivant en paix les pays les moins touchés. On pourrait en déduire que la pauvreté corrompt et que la richesse rend vertueux! En réalité, la question morale n'a pas grand chose à voir là-dedans. Si ce n'est rien à voir du tout.

L'Angola: 146e du classement

Prenons l'exemple de l'Angola qui est 146e du classement sur 180 avec une note extrêmement basse de 26 sur 100 (contre 85 sur 100 pour la Suisse). Le scandale des «Luandas Leaks» dévoilé dimanche met en lumière le pillage du pays par un clan au pouvoir pendant près de 40 ans. La fille du président, Isabel dos Santos, est aujourd’hui accusée d’avoir bâti sa fortune de 3 milliards de dollars sur les caisses de l’Etat angolais durant le règne de son père. Et aussi un peu grâce à la Suisse.

La marque suisse

Plusieurs médias évoquent les liens de l'argent angolais avec la place genevoise et notamment le joailler De Grisogono. Des sources affirment que l’ancien régime aurait attribué plus de 18 millions de carats, valant près de 2,3 milliards de dollars, à De Grisogono. Pour l’Angola, cinquième producteur mondial de diamants, le fait de travailler avec une marque suisse servait à donner une nouvelle image aux diamants du sang issus de la guerre civile.

Tout à fait légal

Ainsi fut vendu chez Christie à Genève en 2017 un énorme diamant angolais baptisé «The Art of de Grisogono», pour plus de 33 millions de francs. Evidemment que cette vente (et de tant d'autres pierres) s'est déroulée dans le cadre le plus strictement légal et qu'aucun indice de corruption n'a été signalé en Suisse à ce sujet. Non, la corruption est en Angola. Mais l'argent finit bien Suisse. On l'a dit, la morale n'a rien à voir là dedans.

Eric Felley

Créé: 26.01.2020, 10h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.