Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 04:38

Suisse Une coupure d'électricité majeure est possible

Selon le directeur d'Alpiq, l'absence d'un accord avec l'UE menace l'approvisionnement de la Suisse en électricité.

Le directeur d'Alpiq, Jens Alder, tire la sonnette d'alarme.

Le directeur d'Alpiq, Jens Alder, tire la sonnette d'alarme. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La sécurité d'approvisionnement de la Suisse en électricité est menacée, si aucun accord n'est conclu avec l'Union européenne (UE), avertit le directeur d'Alpiq, Jens Alder. L'accord sur l'électricité est bloqué en raison de l'absence d'un accord-cadre, souligne-t-il.

Les importations sans accès égal à la Bourse européenne de l'électricité sont «très risquées», déclare M. Alder dans un entretien diffusé lundi par la «Neue Zuercher Zeitung». «Nous poursuivons une stratégie d'importation avec des pays qui deviendront des importateurs nets en hiver. Cela ne fonctionne pas dans les deux sens.»

Pour opter pour une stratégie d'achat d'électricité, il faut que le secteur soit réglementé par un traité, remarque le directeur d'Alpiq, également président du conseil d'administration du groupe énergétique valdo-soleurois. Mais l'accord sur l'électricité est bloqué en raison de l'absence d'un accord institutionnel avec l'UE, ajoute-t-il. «La sécurité d'approvisionnement de la Suisse ne peut plus être garantie sans un accord sur l'électricité.»

Pas de centrale à gaz

Compte tenu des réglementations des pays voisins, «il ne faut pas se faire d'illusions», poursuit le responsable de 61 ans. «Lorsque cela devient un peu juste, leurs propres consommateurs seront d'abord approvisionnés et, ensuite seulement, le courant sera exporté. [...] Le risque d'une coupure généralisée d'électricité a clairement augmenté et continuera ces prochaines années», affirme M. Alder.

Il souligne qu'Alpiq n'a, pour l'instant, aucun intérêt à construire une centrale à gaz pour compenser la perte de production d'électricité due à l'abandon progressif des centrales nucléaires, prévue par la stratégie énergétique 2050. «Avec l'actuelle réglementation, la production de courant en Suisse ne présente aucun intérêt pour les entreprises, y compris avec des centrales à gaz. Nous n'allons pas nous lancer dans une telle aventure», lâche l'ancien président de Swisscom.

M. Alder appelle l'État à continuer à libéraliser le marché de l'électricité. «Le conseil fédéral doit veiller à ce qu'il soit à nouveau rentable d'investir des capitaux privés dans les moyens de production d'électricité en Suisse.» L'ouverture totale du marché, initiée par l'ancienne ministre des transports Doris Leuthard, est un élément important, selon lui. «Le Conseil fédéral doit la faire avancer.»

Alpiq produit environ un cinquième de la consommation d'électricité en Suisse. Le groupe a vu ses résultats chuter lourdement l'année dernière, en raison des fluctuations des prix de l'électricité. Il a toutefois légèrement réduit sa perte nette, ramenée à 63 millions de francs. (ats/nxp)

Créé: 25.03.2019, 05h11

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.