Vendredi 14 décembre 2018 | Dernière mise à jour 14:10

Alimentation Croquettes nocives: ça bouge peu dans la gamelle

Fabricants et distributeurs ont réagi mollement aux révélations de la FRC sur les toxines présentes dans la nourriture pour chats.

Même le chat ne sait plus à quelle croquette se vouer.

Même le chat ne sait plus à quelle croquette se vouer. Image: iStock

Sondage

Suite au scandale des croquettes pour chats, avez-vous changé de marque?






Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La semaine dernière, la Fédération romande des consommateurs lançait une bombe: les croquettes pour chats contiennent en général beaucoup trop de composés nocifs. La faute notamment à une absence d'études et de réglementations, en Suisse comme dans l'Union européenne. Les fabricants interpellés par la FRC lui ont d'ailleurs souvent rétorqué que, leurs aliments respectant les normes en vigueur, aussi basses soient-elles, ils ne voyaient pas de raison de changer leur élaboration.

Plus de 1800 signatures

Du coup, pour faire bouger les choses, la FRC a lancé un appel aux consommateurs pour interpeller avec elle fabricants et politiques sur cette question. Plus de 1800 personnes se sont manifestées à ce jour, dont plus de 90% qui achètent des croquettes pour leur chat.

Visiblement, les gens réagissent. Pourtant, tant Migros que Coop ont relativisé l'impact auprès de leurs clients: «Nous avons pu observer quelques réactions sur les réseaux sociaux. Celles-ci restent toutefois pour le moment limitées», nous a ainsi répondu Lisa Asticher du service de communication de Migros. «Nous avons reçu très peu de réactions de nos clients», confirme Andrea Bergmann, porte-parole de Coop. Alors quoi, les propriétaires de chats ne seraient-ils pas autrement inquiets suite à l'enquête de la FRC? Ou, plutôt que de se plaindre, seraient-ils directement passés à l'action en changeant de marque de croquette. Nous leurs avons posé la question à l'aide d'un sondage.

Le consommateur n'a plus confiance

Après plus de 800 votants, pour plus de 40% d'entre eux, les croquettes sont toutes les mêmes, donc à quoi bon en changer. «On peut les comprendre», réagit le vétérinaire Pascal Chaubert, qui a aidé la FRC à élaborer son enquête. «On peut choisir ses croquettes selon le classement de la FRC, mais il est établi en fonction des quantités de trois substances (acrylamides, mycotoxines et sel), sans tenir compte d'autres facteurs, comme la qualité des matières premières ou l'ajout de compléments alimentaires. Deux éléments dont la présence justifie d'ailleurs souvent le prix élevé des croquettes. Du coup, je me vois mal recommander la marque qui arrive à la troisième place de ce classement et qui ne coûte que 1,20 francs le kilo (Il s'agit de Topix, vendu chez Aldi, NDLR). Et quand on voit que deux produits portant la mention «Natural» sont très mal classés, comment le consommateur peut-il s'y retrouver?»

Un bon coup de pub pour le fabricant qui agira

Contrairement à la FRC, le vétérinaire du Mont-sur-Lausanne (VD) s'inquiète davantage de la présence de mycotoxines que d'acrylamides. «Car les effets néfastes des premières sur l'animal sont mieux établies que pour les deuxièmes. Mais par principe de précaution, il est évident qu'il faut réduire autant que faire se peut la présence de ces composés nocifs.» Il espère donc que les fabricants entendront l'appel de la FRC. «Ils ont en outre tout intérêt à le faire. Ce serait un formidable coup marketing d'arriver avec des croquettes ne contenant pas ou très peu de ces substances».

Attendons pour voir

Mais quelques jours après les résultats de l'enquête de la FRC, cela ne bouge pas tellement dans le gamelle de minet. Coop déclare: «Les résultats d’analyses sont conformes aux exigences légales. Pourtant, nous prendrons en compte les résultats de la FRC dans notre propre évaluation de produits.» Migros semble avoir été un peu plus réactive: «Notre fournisseur a pris les mesures nécessaires afin de minimiser le risque de formation d’acrylamide dans le processus de production. Toute modification de ce processus entraîne des coûts supplémentaires, que nous fournisseurs assument cependant volontiers.» Prenons donc acte que l'augmentation des coûts de fabrication ne sera pas répercutée sur le consommateur. Quant à Manor, il déclare: «Nous sommes régulièrement en contact avec nos fournisseurs, et ce particulièrement depuis la parution du test. Des mesures seront prises pour offrir des produits de qualité à nos clients.» Mais sans préciser lesquelles.

Concernant les enseignes spécialisées dans la vente de produits pour animaux, comment ont-elles réagi en voyant que certaines de leurs croquettes étaient mal notées? «Nous ne nous attendions pas à des valeurs élevées d'acrylamide, en particulier pas dans les aliments pour chats possédant une composition nutritionnelle optimale», reconnaît le docteur Sabina Büttner, vétérinaire conseil chez iPet.ch. «Cependant, étant donné que les valeurs n'ont pas été publiées en détail et qu’il n'existe aucune recommandation officielle concernant l'apport maximal tolérable pour les chats, il est difficile d'évaluer l'importance de ces valeurs. (...) Il serait nécessaire de mener d'autres analyses et études.» iPet.ch va quand même aborder la question de diminuer la formation d'acrylamide avec ses fournisseurs.

Rien n'a été retiré des rayons

Le ton est nettement plus inquiet chez Cats and Dogs: «Dès que nous avons eu connaissance de ces analyses, nous avons immédiatement contacté les fabricants afin de leur demander un retour et de savoir quelles mesures ils allaient prendre», nous répond Lauriane Traschler, responsable marketing et communication de la marque. «Il nous tient réellement à cœur de proposer des produits de haute qualité qui répondent aux besoins physiologiques des animaux. Si un taux d’acrylamide devait s’avérer anormalement élevé, nous étudierons cela en temps voulu. S’il était avéré que des articles soient inappropriés, Cats and Dogs prendra les mesures nécessaires.»

Mais donc, jusqu'à présent, aucun produit n'a encore été retiré du moindre rayon de quelque magasin que ce soit. (Le Matin)

Créé: 12.09.2018, 06h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.