Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:29

Suisse Cybersécurité: Kudelski engage à tour de bras

Le groupe valdo-arizonien double son effectif en vue de répondre aux besoins du marché numérique et de la crypto-économie.

A l'échelle mondiale, il manque 3 millions d'experts en sécurité IT.

A l'échelle mondiale, il manque 3 millions d'experts en sécurité IT. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Kudelski Security fait feu de tout bois dans le secteur en pleine expansion de la cybersécurité, enjeu majeur pour les entreprises avec l'essor du numérique et de la crypto-économie. La division cyber sécurité du groupe valdo-arizonien a doublé les effectifs de son Cyber Fusion Center de Cheseaux et s'étend en Europe, comme l'a confié à AWP Rich Fennessy, directeur général de Kudelski Security.

L'an dernier, le chiffre d'affaires de Kudelski Security (94 millions de dollars) a représenté environ un six dixième de l'ensemble des recettes du groupe, en pleine réorientation vers la cybersécurité après la vente de ses décodeurs pour la télévision. Le chemin est long, de gros investissements sont nécessaires avant la rentabilité nette du nouveau modèle, mais Kudelski décèle un important potentiel.

«Le marché mondial de la cybersécurité a représenté l'an dernier 116 milliards de dollars, sachant que les dommages globaux par les pirates informatiques sont estimés à 1500 milliards de dollars par an», a expliqué M. Fennessy. «Nous faisons déjà partie des acteurs qui comptent, en particulier dans la gestion des solutions de sécurité managées (Managed Security Services ou MSS)», soit le management à distance des menaces via internet, a-t-il ajouté.

«Secteur à forte valeur ajoutée»

«Ce secteur à forte valeur ajoutée croît plus vite que les autres pans de la cybersécurité que sont par exemple les produits de sécurité (antivirus) ou le consulting», a observé le responsable de Kudelski Security.

A moyen terme, la division vise une croissance annuelle moyenne des ventes de 12% à 15%. Actuellement, 325 personnes travaillent spécifiquement dans les services de cybersécurité de Kudelski, dont la moitié en Suisse.

Ces effectifs ont doublé ces deux dernières années au sein des Cyber Fusion Centers de Cheseaux et dans l'Arizona. «Nous investissons beaucoup dans la recherche et le développement et avons en ce moment 40 postes à pourvoir», et les embauches vont se poursuivre, assure M. Fennessy.

Mais il y a pénurie de spécialistes. «A l'échelle mondiale, il manque 3 millions d'experts en sécurité IT (technologies de l'information). La Suisse n'est pas épargnée, mais nous bénéficions ici près de Lausanne de la proximité de hautes écoles très pointues comme l'EPFL, les universités ou les HES», relève le patron américain.

Responsable du Cyber Fusion Center de Cheseaux, Olivier Spielmann constate depuis l'an dernier «une recrudescence des attaques destinées au minage de cryptomonnaies».

(ats/nxp)

Créé: 01.07.2019, 18h23


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.