Dimanche 22 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:13

Interview Darius et la fin du monde: "Je ne dirai adieu à personne"

L’apocalypse est pour le 21 décembre 2012 selon le calendrier maya. Darius Rochebin, présentateur vedette de la TSR, explique comment il va vivre sa dernière année.

Image: Sabine Papilloud

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Vous n’avez plus qu’un an à vivre. Qu’allez-vous faire? Je ne changerai pas grand-chose, mais je profiterai davantage de chaque instant. C’est une pensée très saine! On devrait se le dire tous les jours.

Qui allez-vous regretter? Personne, puisque nous mourrons tous ensemble. L’apocalypse sera très joyeuse, vous verrez.

Quelle trace pensez-vous avoir laissée? Aucune. Mais le passage aura été beau. J’aime le mot de Mal­raux: «Une vie ne vaut rien, mais rien ne vaut une vie.»

Et les autres, que pensent-ils de vous? J’espère qu’ils seront indulgents. Moi, je le suis. Je n’aime pas juger les autres et j’en demande autant.

Que tenez-vous absolument à faire d’ici à la fin du monde? Des petits plaisirs… Refaire un voyage à Rome. Un tour des Etats-Unis en voiture. Ou m’offrir un repas complet aux truffes!

A qui ne direz-vous pas adieu? Je ne dirai adieu à personne. Je n’aime pas les séparations. J’ai la larme facile!

Allez-vous vous réconcilier avec quelqu’un? Non, ça sonne toujours un peu faux, je ne crois pas beaucoup au pardon.

Pensez-vous enfin dire ses quatre vérités à quelqu’un? Ça ne sert à rien. Le non-dit, ça a son charme!

Qu’est-ce que vous n’avez jamais osé faire et allez enfin réaliser? Le dernier jour, j’éteindrai mon portable.

Et le tout dernier jour, vous le passerez comment? Je me promènerai au grand air, en forêt, en respirant à pleins poumons. C’est le bonheur le plus simple qui soit.

Mais peut-être serez-vous parmi les survivants. Vous avez aménagé un abri? Non, mais c’est terrifiant comme situation d’être un des rares survivants. Ça me rappelle «La planète des singes», de 1968, quand Charlton Heston comprend que l’humanité a disparu dans l’apocalypse nucléaire et qu’il a survécu. C’est affreux.

Vous avez des réserves à la cave? Non. Je ne dois pas être d’un naturel inquiet.

Les trois objets que vous prendrez dans votre abri? Un bon bouquin. Peut-être le dictionnaire Littré, en plusieurs volumes. Mes boules Quiès, pour dormir et rêver tranquille. Et puis le doudou de ma fille, Maïa. C’est une petite vache en tissu. Si on l’oublie, pas moyen de la faire dormir!

La musique que vous n’oublierez pas? Le «Miserere» d’Allegri. C’est un chant superbe et il va bien avec la fin du monde: il est chanté à l’office des ténèbres, le Vendredi-Saint.

Quelle sera votre méthode de survie? La frugalité. Ça me permettra de faire enfin du régime, je dois perdre 10 kilos.

La personne que vous inviterez à coup sûr? Les gens que j’aime.

Un animal de compagnie de rêve? Un chien. Je les adore depuis l’enfance. Je rêve d’en reprendre un, par exemple un épagneul.

Pensez-vous que Dieu nous sauvera au dernier moment? J’espère… Mais je n’en jurerais pas.

Vous l’imaginez comment cette fin du monde? Elle finira bien par arriver. Une chute d’astéroïde? Mais dans très, très longtemps. Je suis de nature optimiste. Quand on demandait à Reagan, l’ex-président américain, quel était le plus beau jour de sa vie, il répondait: «Demain!»

Sérieux, vous y croyez au moins un peu à la fin du monde? Non, absolument pas. Je suis trop curieux pour imaginer que tout s’arrêtera. «Je m’intéresse à l’avenir, dit Woody Allen, car c’est là que j’ai décidé de passer le restant de mes jours.»

Si la date de l’apocalypse est un gag, qui en est l’auteur? C’est de toute façon un gag, qui revient de façon récurrente d’ailleurs.

La vraie fin du monde, c’est quoi selon vous? Elle est déjà là? On meurt chaque jour un peu. Quand on perd un proche. Ou en vieillissant, tout simplement. La fin du monde se passe morceau par morceau, on paie à tempérament!

Créé: 04.01.2012, 08h00

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.