Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 21:45

Genève Déchets d'entreprises: accord entre Ville et canton

Le compromis trouvé à Genève pour la gestion des déchets des entreprises est valable jusqu'en 2021. Il permet d'épargner les petites entreprises de 1 à 8 employés.

Le conseiller administratif Guillaume Barazzone a salué le compromis trouvé à Genève.

Le conseiller administratif Guillaume Barazzone a salué le compromis trouvé à Genève. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La gestion des déchets produits par les entreprises est l'objet de dissensions entre le canton et la Ville de Genève. La municipalité souhaite de la tolérance pour les minis sociétés, alors que le canton voudrait vite imposer le principe du pollueur-payeur à tous.

En attendant de trouver une solution satisfaisante, le canton et la Ville de Genève ont négocié un accord transitoire, dont la teneur a été présentée mardi. Ce compromis, valable jusqu'en 2021, permet d'épargner les petites entreprises de 1 à 8 employés. Celles-ci continueront à ne pas payer pour l'évacuation de leurs poubelles.

Les associations à but non lucratif bénéficient du même régime. En Ville de Genève, les micro-entreprises sont au nombre de 6500, a rappelé devant la presse le conseiller administratif Guillaume Barazzone. Pour les sociétés de moyenne importance, comptant entre 8 et 250 emplois, les taxes seront fonction du volume de leurs déchets.

Ces moyennes entreprises pourront néanmoins profiter, dès 2020, des écopoints de la municipalité. Elles pourront y déposer leurs déchets recyclables et ainsi diminuer les quantités de déchets qu'elles jettent, ce qui aura l'avantage, pour elles, de soulager leur porte-monnaie.

La règle du tri

Cet accord transitoire est le premier jalon d'une collaboration nouvelle entre le canton et la Ville en matière de déchets, a noté le conseiller d'Etat Antonio Hodgers. Comme le principe du pollueur-payeur est fixé dans la loi fédérale, il s'agira de tendre vers ce modèle. Le tri doit devenir la règle, a-t-il souligné.

Le souhait, à terme, serait également d'harmoniser les pratiques dans l'ensemble du canton. Aujourd'hui, chaque commune fait comme elle l'entend en matière de gestion des déchets. Certaines ne taxent aucune entreprise, d'autres les font payer toutes. Les politiques dans ce domaine sont trop diversifiées, a déploré M.Hodgers.

En 2018, le taux de recyclage des déchets urbains s'élevait à 49,3% à Genève. Le but est d'arriver à 60% en 2024. Inciter les entreprises au tri permettrait de faire un grand pas dans cette direction. Leurs poubelles sont en effet remplies pour près de moitié de déchets organiques, de papier et de carton.

Une façon d'atteindre un taux de tri des déchets élevé serait aussi d'instaurer une taxe sur les sacs-poubelle. En Suisse, le canton de Genève fait exception. Antonio Hodgers et Guillaume Barazzone se sont toutefois montrés réticents à préconiser une telle mesure, qui grèverait trop le budget des familles modestes, à leurs yeux. (ats/nxp)

Créé: 04.06.2019, 16h04

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.