Samedi 20 janvier 2018 | Dernière mise à jour 21:43

Suisse Pour une déduction fiscale complète des primes

Le National aimerait que les citoyens puissent déduire entièrement des impôts leurs primes d'assurance maladie.

L'auteur de la motion adoptée par le National, le politicien tessinois Fabio Regazzi.

L'auteur de la motion adoptée par le National, le politicien tessinois Fabio Regazzi. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Les Suisses devraient pouvoir déduire complètement leurs primes d'assurance maladie des impôts. Le National a adopté jeudi par 120 voix contre 53 une motion de Fabio Regazzi (PDC/TI). Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.

Actuellement, les primes d'assurance et les intérêts des capitaux d'épargne peuvent être déduits jusqu'à concurrence d'un montant déterminé par le droit cantonal, qui peut prendre la forme d'un forfait. Au niveau fédéral, les époux en ménage commun peuvent défalquer jusqu'à 3500 francs et les autres contribuables jusqu'à 1700 francs.

Ces déductions sont augmentées de moitié pour les contribuables ne versant pas de cotisations à l'AVS, à la LPP ou au 3e pilier et de 700 francs pour chaque enfant ou personne nécessiteuse pour lesquels le contribuable peut faire valoir une déduction. Selon Fabio Regazzi, cela ne suffit pas, notamment pour la classe moyenne qui doit affronter chaque année les hausses de primes et qui ne bénéficie plus d'aide financière pour y faire face.

Le démocrate-chrétien propose donc que les primes puissent être entièrement déductibles du revenu imposable si ce dernier est de 150'000 francs ou moins. Le système serait ensuite dégressif par tranches. A partir de 351'000 francs, seuls 10% du total des primes versées seraient déductibles.

Système critiqué

L'idée d'introduire une déduction à hauteur des coûts effectifs de l'assurance de base la moins chère n'est pas foncièrement aberrante, concède le Conseil fédéral. Mais il pointe du doigt les problèmes du système proposé.

L'échelonnement proposé est une «anomalie», car les contribuables touchant un revenu plus élevé ont aussi droit à l'exonération de la couverture des besoins vitaux élémentaires. Utiliser comme base de calcul le revenu imposable n'est pas adéquat non plus. Pour évaluer correctement la capacité économique, il faudrait ajouter d'autres frais.

Enfin, ce système risque d'entraîner une nette diminution des recettes fiscales, qu'il faudrait compenser par des augmentations d'impôts ailleurs ou par des coupes dans les budgets des collectivités publiques. Au final, les contribuables en feraient les frais. (ats/nxp)

Créé: 04.05.2017, 18h03

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.