Vendredi 22 novembre 2019 | Dernière mise à jour 20:53

Humeur La défaite stratosphérique du roi des «ronchons»

La vieille garde de l'UDC romande a tiré ses dernières cartouches ce dimanche. Freysinger, Perrin et Rime, c'est fini.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L’élection de Céline Vara au Conseil des Etats et la non réélection de Jean-François Rime au Conseil national ont constitué deux grandes surprises dans ces élections fédérales. À travers ces deux résultats, on saisit un peu la portée du message donnée par le peuple à ses représentants à Berne. Plus jeune, positif et fémininiste. Moins vieux, râleur et patriarche.

De haut...

C'est peu dire que depuis des années, le Fribourgeois a marqué le débat public avec son style« ronchon», sa façon d’envoyer balader les gens, sa condescendance avec les plus faibles. Fort de la légitimité que lui donnaient ses relations avec les instances de l’UDC Suisse et la présidence de l'USAM, il regardait les gens de haut, de plus en plus haut et finalement de trop haut pour être encore visible. Pendant ce temps, son colistier Pierre-André Page, plus discret, plus sensible et proche des gens, a gagné en sympathie auprès de l'électorat. Ce ne sont pas seulement les idées, mais le style qui fait l'homme.

Retraites définitives

Cette fois-ci, le vent a tourné pour les chantres de la testostérone. Avec le coordinateur de la campagne, Oskar Freysinger, Yvan Perrin, Jean-François Rime, auquel il faut ajouter Manfred Bühler dans le Jura Bernois, c'est une bonne partie de la vieille garde de l'UDC romande qui a tiré sa révérence ce dimanche. Certes, il reste Céline Amaudruz, Yves Nidegger, Jean-Pierre Grin, Jacques Nicolet ou Jean-Luc Addor. Mais aucune nouvelle tête, aucune voix nouvelle pour porter les idées du parti.

Energie solaire

À leurs places, la Suisse romande a choisi d'envoyer à Berne plus de femmes écologistes. La neuchâteloise Céline Vara, les Vaudoises Léonore Porchet et Sophie Michaud Gigon ou la Genevoise Delphine Klopfenstein Broggini. A la place des bougons et des ronchons, on assiste à une poussée de personnalités, dont l'énergie est nettement plus solaire. Après des années de grisaille fédérale, c'est une Suisse qui méritait bien d'être mieux représentée.

Eric Felley

Créé: 21.10.2019, 09h38

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.