Jeudi 19 septembre 2019 | Dernière mise à jour 18:47

Tribunal fédéral La défense de Ségalat déposera deux recours

Le premier recours qui sera envoyé d'ici fin décembre, contestera la demande de placement en détention décrétée vendredi par le Tribunal cantonal vaudois. Le second portera sur le fond de l'affaire.

«Nous avons 30 jours depuis le verdict pour faire cette demande, soit jusqu'à fin décembre», a précisé Stéphan Disch, un des trois avocats de Laurent Ségalat.

«Nous avons 30 jours depuis le verdict pour faire cette demande, soit jusqu'à fin décembre», a précisé Stéphan Disch, un des trois avocats de Laurent Ségalat. Image: Keystone

Dossiers

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les avocats du généticien Laurent Ségalat déposeront deux recours. «Il y a deux procédures distinctes», a expliqué mardi Stefan Disch, un des trois avocats de Laurent Ségalat. Ce dernier a été condamné vendredi à 16 ans de prison pour le meurtre de sa belle-mère Catherine. La défense attaquera d'abord la demande de détention pour motifs de sûreté prononcée par la Cour d'appel lors du verdict.

Le placement en détention pour motifs de sûreté est l'équivalent de la détention avant jugement. Elle permet d'incarcérer un accusé jusqu'à ce que son jugement soit définitif et exécutoire.

«Nous avons 30 jours depuis le verdict pour faire cette demande, soit jusqu'à fin décembre», a précisé Me Disch. «Nous déposerons ce recours lorsque nous serons prêts», a-t-il dit, ajoutant qu'«il n'y a pas d'urgence puisque mon client n'est pas en détention». Le généticien, qui ne s'est pas présenté au verdict, se trouve en effet en France, où il vit.

Deuxième recours

Quant au recours sur le fond, il devra être déposé dans les 30 jours qui suivent la réception des considérants du jugement, poursuit l'avocat. Leur rédaction par les trois juges cantonaux prendra encore plusieurs semaines.

La Cour d'appel a totalement contredit vendredi le verdict du Tribunal de la Côte, qui avait acquitté en juin Laurent Ségalat au bénéfice du doute. Les juges cantonaux ont estimé que les éléments en leur possession permettent d'affirmer que c'est le généticien français qui a tué sa belle-mère. (ats/nxp)

Créé: 04.12.2012, 15h55

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.