Dimanche 23 septembre 2018 | Dernière mise à jour 14:44

Provocation Il dénonce la caution du Jura lors de la visite de Puigdemont

Manfred Bühler (UDC/BE) craint que l'accueil réservé au leader catalan le week-dernier à Delémont ne fâche Madrid. Il interpelle Simonetta Sommaruga.

Manfred Bühler n'a guère apprécié la venue de l'autonomiste Carles Puigdemont en terres jurassiennes et le décorum officiel qui a entouré sa visite.

Manfred Bühler n'a guère apprécié la venue de l'autonomiste Carles Puigdemont en terres jurassiennes et le décorum officiel qui a entouré sa visite. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Ce week-end, Carles Puigdemont, ancien président indépendantiste de la Catalogne, a été accueilli comme un frère d'armes à Delémont par les autonomistes jurassiens lors de la Fête du peuple. Dans ses propos, l'invité catalan a fait l'éloge du courage et de la fraternité, mais il s'est bien gardé d'évoquer le sort de Moutier, dont la votation pour son rattachement au Jura est contestée.

A Berne, le caractère provocateur de cette visite n'est pas passé inaperçu. Le conseiller national Manfred Bühler (UDC/BE) a déposé une question et une interpellation à l'adresse du Département de justice et police de Simonetta Sommaruga. Il craint que cette visite n'entache les relations d'amitié entre la Suisse et l'Espagne. «J'espère bien que cela ne sera pas le cas, précise-t-il. Mais je trouve que la caution gouvernementale donnée à ce monsieur n'est pas sans poser des questions. Certes, il a la possibilité de se déplacer librement, ce que je ne conteste pas. Mais, dès les moment où quatre ministres sont présents, cela donne un caractère officiel à cette visite.»

Ce qui gène le conseiller national probernois, c'est l'utilisation que Carles Puigdemont peut faire de cet événement «Le canton du Jura peut être utilisé pour défendre une cause qui peut heurter les autorités de Madrid». A-t-il eu des retours dans ce sens ? «Non, pour l'instant, mais je ne lis pas la presse espagnole...»

La Suisse plus neutre que jamais

Rappelons que dans la crise catalane, la Suisse est neutre. Au printemps, Ignazio Cassis avait proposé les bons offices de la Suisse pour une médiation, mais il n'était pas question de prendre parti dans les affaires internes espagnoles. «La Suisse reconnaît l'Espagne comme pays souverain et démocratique. Nous n'avons rien à lui apprendre», avait-il déclaré.

Quant à Carles Puigdemont, il est en exil aujourd'hui en Belgique. L'Espagne a retiré le 25 juillet le mandat d'arrêt européen lancé contre lui, après que la justice allemande a refusé de l'extrader pour rébellion. (Le Matin)

Créé: 12.09.2018, 14h59

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.