Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 06:24

Suisse Des élus veulent interdire les trophées de chasse

Des parlementaires de droite comme de gauche estiment que la Suisse doit interdire toute importation ou transit de trophées de chasse. Le gouvernement s'y oppose.

Le lion d'Afrique fait partie des espèces concernées par la proposition d’interdiction.

Le lion d'Afrique fait partie des espèces concernées par la proposition d’interdiction. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse devrait interdire l'importation et le transit de trophées de chasse d'animaux comme l'addax, l'éléphant d'Afrique ou le toucan. C'est du moins le souhait de 43 parlementaires de tout bord politique. Le Conseil fédéral s'y oppose.

L'interdiction d'importation et de transit concernant les animaux figurant sur les annexes I à III de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction est demandée par Isabelle Chevalley (PVL/VD). Dans sa motion, la conseillère nationale s'oppose aussi à la fabrication en Suisse de tels trophées.

Plus efficace à l'international

Les mesures prises à l'échelon international sont plus efficaces pour la conservation des espèces qu'une interdiction unilatérale, fait valoir le Conseil fédéral dans sa réponse publiée lundi.

Les exportations et les importations de trophées de chasse ne sont autorisées qu'à titre exceptionnel pour les espèces inscrites à l'annexe I, comme les rhinocéros ou l'addax. Il faut que le pays d'origine ait mis en place une gestion de la conservation de l'espèce sur des bases scientifiques.

Pour les animaux mentionnés à l'annexe II , comme l'ours polaire ou le lion d'Afrique, le commerce n'est autorisé que s'il ne met pas en danger l'espèce concernée ne soit pas mise en danger par ce commerce. Les quotas d'exportation doivent se baser sur une analyse scientifique et assurer une utilisation durable.

De plus, il faut un permis d'exportation délivré par le pays d'origine qui l'atteste. Les mêmes exigences s'appliquent à l'annexe III, qui comporte des espèces mentionnées unilatéralement par certains pays, comme le toucan.

En Suisse

En Suisse, un permis d'importation est nécessaire pour les trophées de tous les animaux mentionnés aux annexes I à III. Des contrôles sont également effectués à la frontière. Des documents attestant que les trophées circulent légalement doivent être présentés. Pour le transit, seuls les trophées de l'annexe I peuvent être séquestrés suite à un contrôle.

Le Conseil fédéral ne croit pas aux effets d'une interdiction de fabriquer des trophées en Suisse: dans 95% des cas, le travail de taxidermie est effectué dans le pays d'origine. En juin 2017, le Conseil national avait refusé par 118 voix contre 72 d'interdire l'importation de trophées de chasse. (ats/nxp)

Créé: 03.06.2019, 12h20

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.