Vendredi 29 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:57

Circulation Bienne: deux chats écrasés... d'un coup!

Le conducteur qui a tué deux matous samedi soir à Bienne ne s'est pas arrêté. Il est activement recherché.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Adorable boule de poils, Muazza était un chat persan devenu la coqueluche de tout un quartier, à Bienne. «Il aimait les enfants qu'il attendait à la sortie de l'école pour être caressé», rapporte son propriétaire, Mahmut Isildak. «C'était le chat de tout le monde: je recevais régulièrement sa photo par WhatsApp», détaille-t-il. Samedi dernier, Muazza (6 ans) a été écrasé par une voiture, en même temps que Harvey (18 mois).

«Une voisine paniquée m'a alerté en me disant: «Je suis presque sûre que c'est le vôtre». Malheureusement, elle ne s'est pas trompée: mon chat persan était facilement reconnaissable», rapporte Mahmut Isildak.

Prié pour lui

«En me précipitant sur les lieux, j'ai prié pour que ce ne soit pas lui», poursuit le propriétaire. Arrivé sur place, en contrebas de chez lui, Mahmut Isildak a cru un instant que son chat était vivant, couché sur le trottoir: «Ses yeux étaient ouverts», dit-il. Pour cet homme qui débutait chaque journée en brossant son chat, la perte est immense.

«Un chat écrasé, ça peut arriver», concèdent les propriétaires. Muazza et Harvey se chamaillaient régulièrement, sur le territoire du second. Mais ce qui heurte, c'est le comportement du fautif, lequel a poursuivi sa route, samedi dernier à 18h50, au chemin Mettlen 8-10. «Ilaurait pu appeler la police et se préoccuper des chats», disent Mahmut Isildake et sa fille.

Sur 47 mètres

Au milieu de la route, les taches de sang s'étalent sur 47 mètres, distance mesurée par le propriétaire de Harvey. Preuve pour certains que le conducteur roulait trop vite. «Je ne veux pas me venger, même si j'étais très attaché à ce chat qui rythmait ma vie. Mais on ne peut pas écraser un animal en toute indifférence»

Aucune plainte n'a été déposée, mais un appel à témoins a été lancé. Mahmut Isildak l'a placardé à l'arrêt Büttenberg du bus 7, tandis que sa fille l'a diffusé sur Facebook. Les témoignages obtenus sont parfois contractoires: la voiture fautive est tantôt noire, tantôt grise.

Livreurs de pizzas

Deux livreurs de pizzas ont été vus. L'un d'eux affirme s'être arrêté en voyant les deux dépouilles sur la route pour les mettre sur le trottoir. Il dit avoir trouvé porte close dans le cabinet vétérinaire situé à deux pas, dans le quartier de Mâche.

«C'était des chats, mais entre deux écoles, ça pourrait être des enfants», affirment d'une même voix les propriétaires de deux chats tués. Le chemin Mettlen sert de raccourci à certains conducteurs quand la route d'Orpond est saturée. Mahmut Isildak a déjà dénoncé cette situation. C'était en 2016, mais son courrier adressé au responsable de la sécurité publique n'avait pas débouché sur une limitation de vitesse à 30 km/h.

Vincent Donzé

Créé: 20.05.2020, 06h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.