Lundi 14 octobre 2019 | Dernière mise à jour 00:12

Humeur En devenant Moneybook, Facebook signe la fin de son histoire

En voulant vendre sa propre monnaie, la plate-forme de Mark Zuckerberg a définitivement perdu le peu d'âme qui lui restait. Y survivra-t-elle ?

Aujourd'hui des likes, des cœurs, des partages, des amis... Demain des offres commerciales pour acheter des libras... Facebook a vécu.

Aujourd'hui des likes, des cœurs, des partages, des amis... Demain des offres commerciales pour acheter des libras... Facebook a vécu. Image: istock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En annonçant le lancement d'une cryptomonnaie sur Facebook, la société ne manque pas d'arguments pour positiver sa démarche auprès de ses clients. Elle veut supprimer les frais bancaires et permettre à des millions de gens d'avoir accès à des moyens de paiement, notamment dans les pays en voie de développement... Mais à quoi bon avoir accès à des moyens de paiement, si on n'a pas d'argent ? Facebook va-t-il aussi leur en donner ?

Une attaque d'un libéralisme débridé

Le discours philanthropique de Mark Zuckerberg et consorts ne prend plus, ou alors il prend seulement les gens pour des imbéciles. En introduisant sa monnaie, il transforme sa plate-forme en un vaste supermarché. Dorénavant, on entrera dans un magasin virtuel où seront affichées des offres en «libra» pour tout et rien. C'est une attaque frontale d'un libéralisme violent qui veut tout écraser sur son passage, notamment les monnaies nationales.

Que d'illusions perdues...

Qu'elle est loin la philosophie des débuts, où il s'agissait de créer des liens entre les gens, de garder le contact avec des amis d'enfance, d'échanger des images, des musiques ou des lectures. Tout est parti d'une sorte de désintéressement, mais que d'illusions perdues au fil des années. La publicité s'est imposée, puis les révélations sur l'utilisation des données à des fins commerciales et politiques - à l'insu des utilisateurs - a créé le scandale et laminé la confiance.

Masques tombés

Avec le «libra», les masques sont totalement et définitivement tombés. Facebook perd ce qui lui restait d'âme (de plus en plus petite il est vrai) pour devenir Moneybook, une «pompe à fric» à l'échelle planétaire. Quand cet état d'esprit aura totalement envahi la plate-forme, les gens iront voir ailleurs pour discuter. Cela ne devrait pas tarder.

Créé: 20.06.2019, 17h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.