Mercredi 19 février 2020 | Dernière mise à jour 18:20

Suisse «Présomption d'innocence» pour la directrice de La Poste

Malgré les manipulations comptables chez CarPostal, Susanne Ruoff garde la confiance du conseil d'administration et ne démissionnera donc pas.

Susanne Ruoff va annoncer la suite de l'affaire CarPostal.

Susanne Ruoff va annoncer la suite de l'affaire CarPostal. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La directrice de La Poste, Susanne Ruoff, ne démissionnera pas. Mise sous pression en raison de manipulations comptables chez CarPostal, elle reste en place et bénéficie toujours de la confiance de son conseil d'administration, a indiqué son président Urs Schwaller jeudi devant la presse à Berne. La conseillère fédérale Doris Leuthard lui avait déjà réitéré sa confiance cette semaine.

Susanne Ruoff se concentredésormais sur la gestion opérationnelle de La Poste tandis qu'un groupe de travail composé d'experts indépendants a été mis sur pied pour établir les faits et responsabilités. Il est subordonné au président du conseil d'administration, qui attend ses premières conclusions d'ici au mois de mai. La directrice sera totalement écartée de l'enquête et elle n'aura droit à aucun rapport, a encore précisé Urs Schwaller.

Présomption d'innocence

Lorsque les résultats de l'enquête seront connus, des décisions seront prises à tous les niveaux. Y compris celui de Susanne Ruoff, affirme-t-il. Le cabinet d'avocats Kellerhals Carrard et Ernst&Young ont été saisis pour faire la lumière sur l'affaire.

A la question de savoir si le conseil d'administration préparait une stratégie pour sa succession, Urs Schwaller a répété: «Susanne Ruoff a notre confiance et la présomption d'innocence s'applique. Elle a fait une déposition, nous allons la vérifier.» Et il a précisé: «Nous sommes également en compétition. Et cela exige une personne de confiance avec une expérience internationale en gestion.»

Bonus gelés

Par ailleurs, le conseil d'administration a gelé tous les bonus 2017 à la direction de CarPostal. Susanne Ruoff n'en touchera pas non plus, a fait savoir Urs Schwaller. Du moins jusqu'à ce qu'on en sache plus sur l'affaire. Comme l'affaire sera passée sous la loupe jusqu'en 2015, la question d'une rétrocession des bonus pour les deux précédentes années est ouverte, précise le président.

En outre, la stratégie de CarPostal est en cours de révision, a indiqué Urs Schwaller. Les investissements dans de nouveaux projets seront réévalués et soigneusement examinés. Tous les projets d'acquisition ont été stoppés pour le moment. Et le conseil d'administration a décidé de renoncer à fixer un objectif de bénéfice à Car Postalt pour cette année.

Par ailleurs, deux responsables de CarPostal ont été licenciés. La direction se cherchera un nouveau chef. La succession est déjà en cours.

Longue discussion

Urs Schwaller a précisé que le sujet avait fait l'objet d'une longue discussion intensive en soirée au sein du conseil d'administration. Avec ses 60'000 collaborateurs, La Poste Suisse jouit d'un niveau de confiance élevé. Mais cette confiance a été très sérieusement remise en cause, reconnaît-il.

Le président du conseil d'administration a estimé que la débâcle de CarPostal était le fruit du dysfonctionnement des organes de contrôle depuis de nombreuses années, ce qui a causé un problème «aux dimensions inégalées». Il a indiqué regretter profondément les événements. Et s'est excusé auprès des clients et des employés touchés par la crise.

Subventions perçues indûment

Pour rappel, CarPostal est accusé d'avoir perçu indûment 78,3 millions de francs de subventions fédérales et cantonales entre 2007 et 2015, selon un rapport de l'Office fédéral des Transports (OFT) qui a révélé les irrégularités. La somme pourrait dépasser les 100 millions de francs. L'OFT a porté plainte mercredi auprès du Ministère public de la Confédération et de celui du canton de Berne.

Accusée, Susanne Ruoff avait reconnu des erreurs dans la presse dominicale. Mais elle avait déjà affirmé n'avoir ni menti ni fait quelque chose de faux et refusé de démissionner. Elle avait en effet argué avoir pris des mesures dès qu'elle avait été mise au courant de l'affaire. Et rejeté les affirmations selon lesquelles elle était au courant depuis 2013 au moins des astuces comptables.

Créé: 15.02.2018, 13h45

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.