Dimanche 7 juin 2020 | Dernière mise à jour 11:17

Malin Distillée, sa bière devient un désinfectant pour les mains!

Les bistrot et les bars étant fermés, un brasseur trinque avec un pharmacien pour éviter de boire la tasse.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La réouverture partielle des restaurants est pour bientôt, mais leur fermeture pendant deux mois aura marqué un coup d'arrêt pour la brasserie biennoise «La Marmotte», qui écoulait ses bières au bistrot davantage qu'en magasin. Comment faire pour remplir les cuves et maintenir les emplois? En distillant la bière pour produire du désinfectant pour les mains!

Dès le début du confinement, le 14 mars dernier, le brasseur Lukas Klingler s'est associé au pharmacien Fernand Jolissaint pour fabriquer une solution désinfectante hydroalcoolique. «C'est une association gagnant-gagnant: mes fournisseurs d'alcool étaient en rupture de stock», rappelle le pharmacien.

De voisinage

Sur le chemin de la grange Verdan, une ferme citadine reconvertie dans la production artisanale de bière, de café, de miel, de whisky, de jus et d'amandes séchées, Fernand Jolissaint disserte sur une nouvelle façon de produire induite par la pandémie. «Le Covid-19 renforce les relations de voisinage», dit-il.

L’Administration fédérale des douanes ayant facilité la production d’alcool transformable en désinfectant, les brasseries artisanales sont plusieurs à s'être reconverties dans la fabrication d’éthanol, à l'image de «Dr Gab’s» à Puidoux ou «Gotan» à Avully. Mais pour «La Marmotte», dont l'essentiel de la production allait dans les bars, les restaurants - y compris sur les bateaux de la Société de navigation du lac de Bienne - et les cinémas, c'était une question de survie.

La plus forte

Contrairement à d'autres brasseurs, Lukas Klingler n'a pas remplacé le malt par une mélasse faite de moût et de sucre. Son orge germé fermente pendant cinq jours dans des réservoirs, comme d'habitude. «Avant, on fabriquait la meilleure bière possible, mais maintenant, on fabrique la plus forte possible, le but étant de la distiller sur place, à la distillerie du Chêne», explique le brasseur.

«Son alcool sent la bière!», rigole Fernand Jolissaint. Sa recette consiste à dilluer l'alcool et à ajoindre de la glycérine et de l'huile essentielle de tea tree à cette solution alcoolisée à 70%.

«Il faut rendre cet alcool impropre à la consommation en le dénaturant: son usage est strictement externe», précise le pharmacien, en maniant un cylindre gradué. «Le but n'est pas de produire une boisson alcoolique détaxée...», ajoute-t-il.

Gros travail

«La Marmotte» peut produire 500 litres de désinfectant en lieu et place de 15 000 litres de bière. «Pour 50 litres de désinfectant, il faut 300 kilos de marchandise. C'est un gros travail!», souffle Lukas Klingler.

Le coût de revient est supérieur à celui d’un éthanol industriel, mais le but n'est pas de faire du bénéfice. «On paie nos salaires, mais on ne gagne rien», précise le brasseur.

Le désinfectant produit selon la formule du pharmacien est écoulé en flacons ou en bidons par les deux associés, chacun à son enseigne: la brasserie «La Marmotte» et la pharmacie du «Pont-du-Moulin».

Vincent Donzé

Créé: 04.05.2020, 06h46

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.