Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 16:02

Santé DJ Bobo à la rescousse contre les petits bobos

Le canton de Lucerne a décidé de faire appel à la star argovienne pour inciter les gens à ne pas consulter le médecin pour des broutilles.

La campagne du département de la santé et des affaires sociales du canton de Lucerne.

La campagne du département de la santé et des affaires sociales du canton de Lucerne. Image: www.eigenverantwortung-wirkt.lu/

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Si vous allez faire un tour du côté de Lucerne ces jours, il y a de fortes chances que vous tombiez sur une affiche de DJ Bobo tout sourire, qui vous lance: «N'allez pas chez le médecin pour le moindre bobo». Mais pourquoi diable la star argovienne prodigue-t-elle ce conseil surprenant? La réponse est simple: elle a été mandatée pour une campagne des autorités lucernoises afin de faire baisser les coûts de la santé et freiner les primes maladie dans le canton.

«Chaque cas mineur entraîne des coûts inutiles», explique dans Blick mardi Guido Graf, le directeur lucernois de la Santé. En outre, les services d'urgences sont surchargés pour des cas sans gravité, au détriment de ceux qui ont réellement besoin de soins urgents, argue-t-il.

Un arrière-goût de «rassis»

Du côté du médecin cantonal, on se défend de déconseiller les visites à leur médecin. «La campagne n'a pas pour but de saper la détection précoce des maladies graves», souligne Roger Harstall. «Mais le fait est que beaucoup de gens consultent un médecin pour un simple rhume, alors qu'ils pourraient se traiter eux-mêmes.»

Selon le canton, la campagne a coûté 100'000 francs. L'idée d'engager DJ Bobo pour en être la tête d'affiche est venue à l'esprit des autorités au moment de trouver leur slogan. L'auteur du célèbre tube sorti en 2003«Chihuaha», s'est montré très intéressé, selon elles. Celui-ci, injoignable, n'a pas commenté sa participation.

Cette campagne ne plaît pas à tout le monde, selon Blick. Du côté du PS, on estime qu'elle a un un arrière-goût de «rassis». Un économiste de la santé interrogé estime lui que le canton ferait mieux d'aider les gens qui en ont besoin plutôt que de leur faire la morale. Les caisses d'assurance maladie sont également sceptiques. (nxp)

Créé: 05.02.2019, 09h41

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.