Samedi 7 décembre 2019 | Dernière mise à jour 04:03

Jura St-Ursanne s'assèche progressivement

Le Doubs, qui a débordé dans les ruelles de la cité médiévale, hier, a amorcé sa décrue. Les pompiers et les hommes de la protection civile poursuivent les opérations de pompage.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La décrue du Doubs amorcée mardi soir dans la cité médiévale de St-Ursanne (JU) s'est poursuivie mercredi. «Lentement mais sûrement, la décrue du Doubs a commencé», a relevé le ministre jurassien de l'environnement David Eray sur twitter.

David Eray annonce qu'il se rendra sur le terrain avec la ministre de l'intérieur Nathalie Barthoulot pour témoigner son soutien aux personnes sinistrées et aux forces d'intervention. Sur place, les pompiers et les hommes de la protection civile ont poursuivi les opérations de pompage pour évacuer l'eau des caves.

Bâtiments inondés

Les fortes précipitations conjuguées à la fonte des neiges avaient provoqué une forte montée des eaux qui avaient envahi les rues, inondant plusieurs dizaines de bâtiments. C'est dans la nuit de lundi à mardi que le Doubs est sorti de son lit.

Le niveau du cours d'eau a atteint un débit plus important que lors du passage il y a trois semaines de la tempête Burglind/Eleanor. Les villages de Goumois (JU) et de Soubey (JU) se sont aussi retrouvés les pieds dans l'eau. La crue n'a pas fait de blessé. (ats/nxp)

Créé: 24.01.2018, 11h37

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.