Samedi 19 octobre 2019 | Dernière mise à jour 19:29

Himalaya Drame au Nanda Devi: le guide donnait des cours à Évolène

Le Britannique Martin Moran, chef de l'expédition disparue en mai dont on a retrouvé les dernières images, a souvent animé des stages en Valais.

Ces images montrent les derniers moments de l'expédition de Martin Moran. Vidéo ITBP

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Dans le milieu de l'alpinisme britannique, c'était une célébrité. Marin Moran, né le 19 février 1955 dans le nord de l'Angleterre, avait notamment été le premier à gravir, avec son épouse Joy, tous les Munros, les quelques 280 montagnes écossaises de plus de 914 mètres, en un seul hiver, entre 1984 et 1985. Il a trouvé la mort fin mai dans l'Himalaya indien, avec les sept autres membres de son expédition.

Martin Moran lors d'une expédition au Vishnu Killa en 2016. Photo Moran Mountain

Les dernières images de ce drame, que vient de dévoiler la police frontalière indo-tibétaine (ITBP), sont particulièrement émouvantes. Elles ont été prises par la GoPro de l'un des alpinistes sans doute peu avant qu'ils ne périssent. On y voit deux séquences, l'une visiblement prise peu avant l'aube, puis la seconde un peu plus tard, sous un soleil éclatant, montrant les huit grimpeurs, encordés, gravissant une corniche qui mène à leur objectif: un sommet inviolé, non baptisé, culminant à 6447 mètres d'altitude dans le Nanda Devi East, le massif montagneux le plus haut de l'Inde. Selon la police frontalière, la vidéo se terminerait par un léger bruit sourd (pas évident à entendre), qui pourrait être celui du début de l'avalanche qui semble avoir emporté l'expédition.

Une ascension «d'acclimatation»

Composée de 12 membres à la base, elle avait pour objectif de grimper le Nanda Devi East. Après avoir atteint le premier camp de base le 18 mai dernier, elle se serait scindée en deux le 21 mai. Un premier groupe de quatre, mené par un autre guide de haute montagne, britannique également, serait parti préparer le parcours pour l'ascension du sommet et aurait atteint le camp 2. L'autre groupe de huit, conduit par Martin Moran, se serait lancé dans une ascension d'acclimatation, partant à l'assaut de ce sommet inviolé, selon la BMG (association des guides de montagne britanniques). Le 25 mai, Martin Moran envoie un message depuis un camp à 5400 m, indiquant que tout allait bien et qu'ils allaient se lancer vers le sommet le lendemain. Le 30 mai, date à laquelle le groupe de Martin Moran aurait dû rejoindre le camp 2, plus de trace d'eux.

Les 12 membres de l'expédition (avec des officiels de la région), dont quatre n'ont pas participé à l'ascension fatale. Martin Moran est tout derrière, sous le panneau. Photo: ITBP

Une opération de secours de 20 jours

L'autre guide s'est alors rendu en direction du sommet de 6447 mètres, sans trouver aucune trace de ses huit camarades. Mais il constate qu'une grosse avalanche a coupé le tracé que ceux-ci devaient emprunter. Les secours sont alertés le 31 mai au petit matin. Le 3 juin, l'un des hélicoptères de l'ITBP repère des corps et du matériel à 5380 mètres d'altitude. Débute alors une opération de secours, baptisée «Daredevil», que la police frontalière qualifie de plus difficile qu'elle ait jamais entreprise. Les 11 soldats engagés dans cette mission ont mis plus de 20 jours à atteindre les corps et à les ramener à un endroit où un hélicoptère pourrait les emporter. Ceci en disposant d'une fenêtre de manœuvre de 3 heures par jour seulement en raison de la météo, évitant les nombreuses crevasses, affrontant des températures descendant jusqu'à -20 degrés et devant hisser les corps sur des pentes très raides.

L'expédition comprenait quatre Britanniques, deux Américains, une Australienne et un guide indien. Toutes leurs dépouilles ont été retrouvées, sauf celle de Martin Moran, peut-être tombé dans une crevasse. Sa société, Moran Mountain, où travaillent également sa femme et leurs deux enfants adultes, a annoncé via sa page Facebook qu'une cérémonie aurait lieu le 13 juillet prochain en la mémoire de Martin, à Torridon, en Écosse. Sur cette même page, ses amis et ceux qui ont grimpé avec lui ont été nombreux à lui rendre hommage. Notamment ceux qui sont venus suivre ses stages à Évolène (VS).

«Un grand alpiniste»

Car si Martin Moran menait des expéditions dans l'Himalaya depuis 1992, il connaissait bien les Alpes. En 1993 il y avait gravi avec son compatriote Simon Jenkins 75 sommets de 4000 mètres en 52 jours, voyageant en vélo pour effectuer les liaisons entre les massifs. Et, durant 20 ans, il a animé des stages d'été d'alpinisme, d'abord à Argentière (F), puis à Évolène, jusqu'à ces dernières années. «Il travaillait un peu moins dans les Alpes depuis quelques temps, privilégiant la Norvège et l'Himalaya», nous précise Graham Frost, autre guide britannique basé aux Haudères et qui a beaucoup côtoyé Martin Moran. «C'était un grand alpiniste, il a écrit des livres sur ses ascensions, notamment de ses 4000 alpins. Mais peut-être que la barrière de la langue fait qu'il ne soit pas très connu en Valais. Notre clientèle à nous, ici, est en effet surtout anglophone. Qu'il soit mort sur le Nanda Devi, qui le fascinait depuis quelques années, c'est... enfin, c'est la loi de la montagne.»

Reconnue comme l'une des sociétés d'aventures en montagne les plus expérimentées de Grande-Bretagne, Moran Mountain a donné des cours d'alpinisme en Norvège et en Arctique. Du 10 au 23 août prochain, Martin Moran devait mener un voyage qu'il avait déjà fait plusieurs fois, comprenant l'ascension du plus haut sommet de cinq pays, le Liechtenstein, l'Autriche, la Slovénie, l'Allemagne et donc la Suisse avec la pointe Dufour.

Créé: 09.07.2019, 18h39


Sondage

Elections fédérales: allez-vous voter?



Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.