Jeudi 28 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:11

Chiffres Drame de Montriond: en Suisse aussi, la chasse tue

Les accidents de chasse causent près de 20 décès chaque année en France. En Suisse? Les statistiques ne sont pas comparables mais des morts sont également à déplorer.

En France, 115 accidents de chasse liés à un coup de feu ont été dénombrés la saison dernière.

En France, 115 accidents de chasse liés à un coup de feu ont été dénombrés la saison dernière. Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un homme à VTT «parfaitement identifiable» abattu par un jeune chasseur de 22 ans. L’invraisemblable accident survenu samedi à Montriond (F), près de Morzine, en Haute-Savoie, n’en finit plus de défrayer la chronique. Mais ce genre d’accident est-il vraiment exceptionnel? Que disent les chiffres, en France et en Suisse?

L’Hexagone dispose de statistiques extrêmement précises grâce à l’Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS), qui publie un rapport détaillé chaque année. Pour la dernière saison, on a dénombré quelque 115 accidents de chasse en France, avec 13 morts, dont 3 non-chasseurs.

«Tirs sans identification préalable de la cible»

Il y a en moyenne 120 à 150 blessés par an, résume «Le Monde». Avec une petite vingtaine de tués – 17 en moyenne ces dix dernières années, pour être précis.

Les données de l’ONCFS permettent même de comprendre ce qu’il s’est passé. Ainsi, pour la saison française de la chasse 2016-2017, la moitié des accidents étaient liés «à des tirs dans l’angle des 30 degrés». En clair il s’agit de chasseurs qui tirent trop sur les côtés et touchent un autre chasseur. Plus d’un quart (27%) des accidents était dû à une «mauvaise manipulation de l’arme»: le coup est parti par accident. Et 17% correspondent au drame qui vient de se dérouler en Haute-Savoie: «des tirs sans identification préalable de la cible.»

61 morts en Suisse depuis 2000

Voilà pour la France. Et en Suisse? On trouve des cas récents. Le 2 septembre dernier un jeune chasseur de 22 ans a trouvé la mort à Litzirüti, dans les Grisons. Idem il y a un mois pour un autre de 51 ans dans la région de Péry-La Heutte, dans le Jura bernois. Le mois dernier également, un chasseur vaudois de 64 ans est décédé dans la région de Bex. Mais tous n’ont rien à voir avec des coups de feu. Il s’agit à chaque fois de chutes mortelles, souvent dans un ravin.

Seul le Bureau suisse de prévention des accidents (BPA) semble avoir des statistiques sur les décès liés à la chasse. Il nous a fourni les données pour la période de 2000 à 2017. Résultat: 61 morts en Suisse, soit quelque 3,5 par an. Ces dernières années, on en a dénombré 5 l’an dernier, 3 en 2016, 4 en 2015. Mais là encore, ces chiffres ne sont pas comparables aux données françaises. La grande majorité de ces décès sont dus à des chutes. «Un cas de blessure mortelle par balle est rare et le cas échéant résulte d’un accident n’impliquant aucun tiers», précise Nicolas Kessler porte-parole du BPA.

Des décès qui disparaissent

En clair, un chasseur qui se tuerait par accident en maniant son arme apparaîtrait dans ces statistiques. Mais un chasseur qui en tuerait un autre ou abattrait un promeneur «disparaîtrait» dans les statistiques policières, probablement dans la catégorie homicide par négligence.

On sait que des cas ont existé. Mais ils sont rarissimes. L'un avait défrayé la chronique en octobre 2012, près de Villeneuve (VD), lors d’une battue aux sangliers. Un chasseur de 41 ans avait ouvert le feu sur un homme de 60 ans sortant d’un champ de maïs. La victime avait été grièvement blessée. On trouve aussi un mort il y a plus de dix ans, en 2006: un Zurichois de 62 ans qui était avec des amis chasseurs dans les Grisons. L’un d’eux avait fait une fausse manipulation avec son fusil et l’avait abattu.

Gigantesque population de chasseurs

Même si les données sont lacunaires la chasse tue donc également en Suisse. Mais les chasseurs doivent se méfier bien davantage des chutes que des fusils de leurs camarades. Quant aux chiffres français, ils sont à mettre en perspective car l’Hexagone, proportionnellement à sa population, compte beaucoup plus de chasseurs que la Suisse.

Ici on dénombre quelque 30 000 chasseurs actifs, selon ChasseSuisse. Or en France il y a 1 200 000 pratiquants: quarante fois plus! De quoi relativiser, donc. Mais chaque mort est un mort de trop.

Créé: 17.10.2018, 11h56

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.