Dimanche 19 août 2018 | Dernière mise à jour 10:42

Votation 27 novembre La droite écologique divisée sur le nucléaire

Swisscleantech, le pendant vert d'Economiesuisse, ne soutient pas l'initiative des Verts, tandis qu'Ecologie libérale milite à fond pour le texte.

Sortir rapidement ou lentement du nucléaire? Telle est la question. Réponse le 27 novembre dans les urnes.

Sortir rapidement ou lentement du nucléaire? Telle est la question. Réponse le 27 novembre dans les urnes. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

La bataille autour de la votation sur le nucléaire du 27 novembre fait rage. Partisans et opposants à la sortie rapide du nucléaire continuent de tenter les citoyens à voter pour ou contre l'initiative des Verts. Et la surprise du jour vient de Swisscleantech. En effet, l'association, qui se veut le pendant écologique d'Economiesuisse et qui défend une politique économique libérale et durable ne soutient pas le texte, révèle lundi le Tages-Anzeiger. Ou plutôt, elle donne la liberté de vote à ses membres.

En effet Swisscleantech, qui jusqu'ici a récemment combattu aux côtés des Verts notamment sur leur initiative en faveur d'une économie verte, préfère privilégier la stratégie 2050 concoctée par le Conseil fédéral. Un projet de Doris Leuthard, approuvé par le Parlement cet automne, mais qui ne prévoit pas de date-limite pour l'arrêt des centrales atomiques suisses.

Alors pourquoi ce désaccord avec les Verts sur le nucléaire? Si Swisscleantech est partisane d'un calendrier clairement défini pour la sortie du nucléaire qui permet d'investir et de planifier l'événement au mieux, elle estime que la durée de vie maximale des centrales de 45 ans, telle que définie dans l'initiative, est «hasardeuse et objectivement injustifiable». C'est ce qu'écrit l'association dans une prise de position en allemand.

Aucune raison technique

Swisscleantech estime que si la Suisse risquait tellement un accident nucléaire, il faudrait dans ce cas immédiatement débrancher les centrales. Mais comme l'IFSN, l'inspection fédérale de la sécurité nucléaire, estime que le risque n'est pas spécialement élevé, il n'y a donc aucune raison juridique ou technique de définir une durée de vie pour ces installations, estime-t-elle. Du coup, l'association plaide pour une sortie du nucléaire de manière individuelle. Et appelle les opérateurs des vieilles centrales à assumer leurs responsabilités, en particulier Axpo, en charge de Beznau I et II. Swisscleantech lui demande de suivre l'exemple des BKW avec Mühleberg en 2019 et de fermer au plus vite les deux centrales.

Cette prise de position est du pain bénit pour les adversaires de l'initiative, note le Tagi. Ceux-ci y voient la preuve qu'elle est «mal conçue» et que si un groupe comme Swisscleantech ne la cautionne pas, c'est qu'elle montre qu'«une sortie rapide du nucléaire ne va pas aider la transition énergétique». Un raccourci que dément pourtant l'association qui rappelle qu'un oui le 27 novembre pourra influencer positivement cette transition et avoir un impact positif également pour l'emploi dans les secteurs concernés.

Des centrales qui tournent à perte

Un avis que partage Rolin Wavre, président d'Ecologie libérale, qui appelle dans Le Temps à voter oui à l'initiative des Verts. Pour lui, il faut mettre fin à l'expérience nucléaire,« jusqu’à ce que, éventuellement, la science nous offre une autre technologie propre et sans danger.»

«Nos centrales tournent à perte», argumente-t-il. «Si l’on avait imputé au nucléaire les véritables coûts qu’il occasionne depuis des dizaines d’années dans notre pays, le kilowattheure coûterait très nettement plus cher», écrit-il dans un blog. «Le risque d’accident n’est couvert qu’à hauteur de 1,5 milliard, alors que le coût d’accident majeur serait plusieurs centaines de fois supérieur. L’industrie nucléaire ne paie donc pas les primes correspondant au vrai risque à assurer. Elle n’existerait même pas sans cette lourde subvention déguisée. Certains disent que c’est libéral!»

Coûts dénoncés

Le Genevois dénonce également le coût du démantèlement et la gestion des déchets estimé à plus de 20 milliards de francs. Or, relève Rolin Wavre, le fond alimenté depuis près de 40 ans par les exploitants ne totalise que 6,2 milliards en 2016. «C’est donc que la branche n’a pas mis de côté les sommes nécessaires à remettre la Suisse en état», critique le président qui estime donc que l'atome est devenu un gouffre à subventions.

A noter encore, que les Vert'libéraux se sont prononcés eux aussi à l'unanimité en faveur de la sortie programmée du nucléaire. Pour eux, après la décision «irresponsable» du parlement contre un concept efficace d’exploitation à long terme, l’initiative est la seule voie pour tenir compte du credo du «Safety First». (nxp)

Créé: 21.11.2016, 08h43

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.