Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:06

Genève Dumping: une entreprise interdite du chantier TPG

Une entreprise d'électricité soupçonnée de sous-enchère salariale a été bannie par l'OCRIT du chantier des futurs entrepôts des TPG.

La décision de l'OCRIT se fonde sur les éléments mis en lumière par l'enquête judiciaire.

La décision de l'OCRIT se fonde sur les éléments mis en lumière par l'enquête judiciaire. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Visée par plusieurs enquêtes pour des soupçons de sous-enchère salariale, une entreprise d'électricité s'est vue interdire l'accès à un chantier des TPG par l'Office cantonal genevois de l'inspection et des relations du travail (OCRIT). La mesure prend effet samedi.

Cette décision de l'OCRIT se fonde sur les éléments mis en lumière par l'enquête judiciaire en cours, ont fait savoir vendredi les TPG dans un communiqué. Les TPG prennent acte de la situation et examinent les différentes options qui permettraient de minimiser les conséquences en temps et en argent sur le chantier en question.

Les travaux portent sur la construction de nouveaux entrepôts de trams et de bus sur le site d'En Chardon. L'ouverture du dépôt est prévue le 15 décembre prochain, en même temps que l'arrivée du Léman Express et le prolongement du tram jusqu'à Annemasse, en France voisine, rappellent les Transports publics genevois (TPG).

Des travailleurs du sud de l'Italie

La société concernée par l'interdiction de chantier est une succursale vaudoise d'une entreprise italienne. Ses pratiques avaient été dénoncées par le syndicat Unia. L'entreprise est notamment soupçonnée de prélever une partie des salaires de ses travailleurs venus du sud de l'Italie grâce à un autre intermédiaire.

Unia lui reproche aussi de ne pas payer l'intégralité des heures de travail effectuées par ses employés. A la suite de cette dénonciation, le Ministère public genevois a ouvert une procédure. La police judiciaire avait mené une descente le mois dernier sur le chantier.

L'affaire a aussi fait grand bruit au Grand Conseil genevois. La semaine passée, les députés ont exigé à l'unanimité l'arrêt des travaux d'électricité sur le chantier d'En Chardon. «Nous refusons ce modèle d'entreprise sans foi ni loi qui pratique le dumping salarial», avait lancé l'élu PLR Serge Hiltpold.

Selon diverses sources, l'entreprise se verra refuser l'accès au chantier aussi longtemps qu'elle n'aura pas prouvé qu'elle respecte les conditions de travail d'usage dans son secteur d'activité. De leur côté, les TPG ont souligné travailler à l'indemnisation, en cas de litige, des travailleurs de l'entreprise. (ats/nxp)

Créé: 14.06.2019, 16h47

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.