Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 11:07

Dangers naturels L'éboulement de Bondo pourrait avoir lieu ailleurs

Le drame survenu dans le village grison est abondamment commenté par la presse dominicale ce dimanche.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il n'y a manifestement plus d'espoir de retrouver les huit personnes portées disparues depuis l'éboulement survenu mercredi à Bondo (GR). Les recherches ont été définitivement abandonnées, a fait savoir la police samedi après-midi. Mais la presse dominicale revient abondamment sur ce drame ce dimanche.

L'éboulement à Bondo pourrait se répéter dans de nombreux endroits en Suisse, s'alarme ainsi la SonntagsZeitung, qui souligne que rien que dans la région alpine, 100 parois rocheuses et pentes glissantes sont surveillées 24h sur 24 par des capteurs.

Il existe en outre plusieurs dizaines de systèmes dans l'eau des Alpes et des Préalpes, qui préviennent de coulées de boue, comme celle qui s'est abattue sur Bondo. Le journal dominical note que seule une partie des falaises dangereuses est connue.

Vingtaine de sites sous surveillance en Valais

La Confédération estime que 6% des sols suisses sont des pentes instables, abonde de son côté Le Matin Dimanche. Rien qu'«en Valais, il y a 15 à 20 sites de falaises qui sont actuellement sous surveillance, dont quatre ou cinq qui menacent directement ou indirectement les infrastructures», prévient Raphaël Mayoraz, géologue cantonal valaisan. Aucun événement d'importance ne semble imminent, rassure-t-il.

La NZZ am Sonntag remarque, elle, qu'à Bondo, presque tout le site de lotissement se trouve à l'extérieur de la zone de danger. Pour Christian Wilhelm, responsable cantonal de Grisons pour les risques naturels, cette situation était justifiée avec la construction de nouvelles protections.

Mais «cette carte des risques n'était valable que jusqu'à mercredi», lorsque les éboulis ont envahi Bondo. Pour la suite, il faudra réexaminer la situation, ajoute-t-il.

Manquements reconnus par Berne

Le Conseil fédéral a également reconnu des manquements dans la gestion des risques dans un rapport publié en août, rapportent Zentralschweiz am Sonntag et Ostschweiz am Sonntag. Alors que les dangers d'inondations, d'incendies de forêt ou d'avalanches ont été bien documentés, les données comparables sur les glissements de terrain dans des torrents n'existent pas. Le gouvernement planche sur le sujet.

Christoph Graf de l'institut fédéral de recherches sur la forêt, la neige et le paysage (WSL) lance, quant à lui, un appel dans le SonntagsBlick a plus d'engagement en matière de politique climatique.

Il estime que le glissement de terrain à Bergell (GR), il y a quelques semaines, a été provoqué par le réchauffement climatique. Les épisodes climatiques extrêmes, comme les tempêtes, en sont les conséquences, explique-t-il. (ats/nxp)

Créé: 27.08.2017, 07h54

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.