Lundi 16 septembre 2019 | Dernière mise à jour 17:35

Bâle Les écoliers mordent de plus en plus leurs profs

Inquiétude à Bâle: de plus en plus d'enseignants du primaire se plaignent de morsures de la part de leurs élèves.

Les enfants deviennent-ils de plus en plus violents?

Les enfants deviennent-ils de plus en plus violents? Image: dr

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

C'est un phénomène inquiétant que relate vendredi la bz Basel. En effet, la violence prend une nouvelle dimension dans les écoles primaires de la région: les élèves y agressent de plus en plus leurs enseignants en les mordant, que ce soit à la pause ou dans les salles de classe.

Le Synode des écoles de Bâle (FSS), l'association professionnelle des enseignants du canton, fait état de plus en plus de cas. Rien que dans les 5 semaines qui ont suivi la rentrée cet été, trois profs se sont plaints de morsures de la part des petits écoliers.

Étapes du développement ratées

Le directeur de la FSS, Jean-Michel Héritier, s'alarme: «Le fait que les enfants de moins de deux ans mordent est un phénomène connu en psychologie. Mais s'ils le font à l'âge d'aller à l'école, cela veut dire qu'ils n'ont pas franchi des étapes importantes de leur développement», souligne-t-il.

Selon le pédagogue, l'origine de cette violence enfantine trouve son origine dans l'éducation. Il constate que les bambins ont accès de plus en plus tôt à des films violents et qu'ils les transposent dans la réalité. Et de prendre l'image du cannibale Hannibal Lecter, dans le film «Le silence des agneaux», qui mordait à mort ses victimes.

L'accès aux jeux vidéo violents

En outre, les enseignants sont effrayés devant le nombre d'élèves de première année qui ont accès à des jeux vidéo violents. «Quand on les entend se vanter du nombre de têtes qu'ils ont explosées, cela fait réfléchir».

Jean-Michel Héritier reconnaît une «impuissance sans précédent» du côté des administrateurs scolaires et des enseignants face à ce déferlement, en particulier après les vacances scolaires. Le directeur de la FSS estime que l'éducation est souvent mise de côté à la maison. Parallèlement, les différences entre les enfants grandissent, ce qui rend l'enseignement plus difficile. L'école intégrative aggrave encore le problème, selon lui.

Créé: 23.11.2018, 10h52

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.