Lundi 16 décembre 2019 | Dernière mise à jour 10:28

Elections fédérales 2015 La presse romande voit une polarisation accrue

Pour la presse romande, la victoire de la droite et surtout le triomphe de l'UDC pourraient avoir des répercussions sur la future composition du Conseil fédéral en décembre.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Suisse a viré à droite, résume la presse romande au lendemain des élections fédérales. Le coup de force de l'UDC et l'affaiblissement du centre dessinent une législature plus polarisée et compromettent la position d'Evelyne Widmer-Schlumpf au Conseil fédéral.

>>>Pour retrouver le fil des événements en direct, veuillez cliquer ici

La revanche de l'UDC met la Suisse sous pression, analyse 24 heures. Corollaire, le centre atomisé se délite et avec lui les préoccupations environnementales, constatent lundi d'autres éditorialistes. L'UDC a visiblement capitalisé sur les craintes liées à l'immigration, relèvent notamment La Liberté et Le Temps.

La Suisse se jette dans les bras de la droite dure, explique Le Courrier. Dans une période d'incertitude, les Suisses font ce qu'ils savent le mieux faire: se barricader. Pour le quotidien genevois, «c'est bien une politique néolibérale et de démantèlement social qui a obtenu un feu vert» dimanche.

«Inutile de se pincer le nez, la Suisse, du moins la moitié des électeurs, a voté à droite, très à droite», note le journal La Côte. L'UDC a le mérite de livrer un message intelligible par tous: la Suisse doit se replier pour sauvegarder ses intérêts, note-t-il.

«Vaste supercherie»

Pour la Tribune de Genève, le succès de l'UDC s'appuie sur l'attitude des candidats au sujet de l'afflux des migrants syriens. «Au lieu de leurs coups de gueule habituels, (ils) se sont tus. Ils ont même montré de la compassion, sans lâcher sur le fond. Les Suisses pouvaient donc voter UDC sans rougir pour endiguer la montée du péril», observe le journal du bout du lac.

Les Blocher, Köppel et autres Freysinger, génies du marketing, rassurent en cette période d'instabilité migratoire et économique. Ils disent sauver la Suisse en la figeant. Une vaste supercherie mais si bien enrobée, poursuit l'éditorialiste du quotidien genevois. Pour lui, le miracle de la réussite de ce petit pays au milieu de l'Europe tient à sa capacité d'adaptation, non à sa cryogénisation.

Pour l'autre vainqueur du jour, le PLR, son retour est lié à l«après-9 février 2014, estiment quelques quotidiens. «Face aux incertitudes que cette situation provoque sur l'économie et les emplois, et sur les accords bilatéraux avec l«Union européenne, le PLR a su incarner une voie crédible», formule ainsi 24 heures.

Litanie de référendums

Pour l'Agefi, la progression de l'UDC et du PLR est d«abord symbolique: il s'agit d'un correctif envers la politique tendanciellement désorientée à gauche menée sous la Coupole fédérale depuis quatre ans.

Le résultat du scrutin dessine une future législature plus polarisée, comme en 2003-2007, notent certains éditorialistes. Aux compromis tissés ces dernières années, sur les retraites, l'énergie, les transports, la fiscalité, pourraient succéder des affrontements plus durs.

Equation complexe

Le scrutin de dimanche a aussi fragilisé la situation d'Eveline Widmer-Schlumpf au sein du gouvernement, commentent plusieurs quotidiens. Pour l'instant, le discours des vainqueurs reste courtois, souligne 24 heures, mais la pression promet de monter sur la Grisonne. Sa légitimité ne tient plus qu'à un fil.

«Aujourd'hui, rien n'indique qu'un second membre de l'UDC au Conseil fédéral puisse résoudre l'équation complexe d'un parti incapable de gouverner avec les autres formations politiques», écrit Le Temps.

Si un UDC peut se battre pour les bilatérales, cruciales pour l'avenir du pays, alors oui, un deuxième siège peut revenir à ce parti, ajoute le journal. Mais personne à l'UDC ne semble être raisonnable à ce point, souligne-t-il.

«Score spectaculaire»

Dans le canton de Neuchâtel, les électeurs ont «privilégié des personnalités bien typées politiquement», résument pour leur part l'Express et l'Impartial. Les deux quotidiens relèvent le «score spectaculaire» du popiste Denis de la Reussille. «Reste à savoir comment le nouveau parlementaire popiste, seul de son parti sous la coupole, pourra éviter de se retrouver trop isolé.»

Les Suisses ont livré un message clair pour ce qui est du Conseil national, résume Le Matin: «A droite toutes, donc». Pour le Nouvelliste, le scrutin révèle deux gagnants. L'UDC, devenu le deuxième parti du Valais, et le PDC qui a réussi à stopper son érosion et à se trouver un nouveau leader avec Yannick Buttet. Pour le quotidien valaisan, les deux perdants sont la gauche et le PLR Jean-René Germanier, ce dernier étant évincé du Conseil national.

«Superbaffe»

Ce dimanche électoral a infligé une «superbaffe» à Pierre Kohler, nettement battu aux Etats, écrit enfin le Quotidien jurassien. Pour le journal de Delémont, ce piètre résultat s'explique par le ras-le-bol des Jurassiens devant ses caprices politiques. (ats/nxp)

Créé: 19.10.2015, 06h16

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.