Vendredi 19 janvier 2018 | Dernière mise à jour 10:10

Suisse Electricité: libéralisation totale du marché en vue

Les services de Doris Leuthard veulent ouvrir le choix du fournisseur d'électricité aux PME et aux ménages. Un projet pourrait être présenté dans quelques mois.

La libéralisation complète du marché de l'électricité avaient échoué en référendum en 2002.

La libéralisation complète du marché de l'électricité avaient échoué en référendum en 2002. Image: Keystone

Galerie photo

En images, l'histoire du nucléaire en Suisse

En images, l'histoire du nucléaire en Suisse La première centrale, Beznau, date de 1969. Et de nombreuses votations ont émaillé depuis l'histoire de l'atome dans notre pays.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Département fédéral de l'environnement des transports de l'énergie et de la communication (DETEC) de Doris Leuthard prépare la libéralisation complète du marché de l'électricité. Le Conseil fédéral pourrait la dévoiler au second semestre 2018, explique le journal fribourgeois La Liberté dans son édition du 19 décembre.

Ce nouveau volet concernera les consommateurs nécessitant moins de 100'000 kilowattheure (kW/h) chaque année, soit les ménages et les petites et moyennes entreprises (PME). Ils pourront choisir leur fournisseur d'électricité, comme le font déjà les groupes qui brûlent plus de 100'000 kW/h par an.

Ouvrir le marché aux petits producteurs

L'administration fédérale estime que les ménages ne seront que peu concernés. «Vu leur faible consommation, d’environ 3500 kWh par an en moyenne, le gain se montera au mieux à une centaine de francs annuels.»

Le DETEC veut surtout ouvrir le marché aux petits producteurs, comme les maisons individuelles équipées de panneaux solaires. «A l’avenir, chaque client pourrait théoriquement compléter sa propre production avec de l’électricité achetée à un voisin, à une coopérative, etc.», explique-t-on à Berne.

Les services de Doris Leuthard espèrent également que l'ouverture du marché suisse donnera un coup de pouce décisif aux échanges transfrontaliers de courant avec les Etats de l’UE dans le cadre de l’accord sur l’électricité avec l’Union européenne. Qui est négocié depuis 2007 et toujours sans conclusion en vue...

Prudence des consommateurs

Les PME accueilleraient cette libéralisation avec bienveillance. «Les petites entreprises pourront également économiser, puisqu’il n’y aura plus besoin de consommer 100'000 kW/h au minimum par année pour avoir le droit de choisir les fournisseurs les plus avantageux», a expliqué Patrick Eperon du Centre patronal.

Les consommateurs se montrent moins enthousiastes. Cette libéralisation ne concernerait que la composante «énergie» du prix de l’électricité, et non celle du réseau qui reste sous monopole. Le petit consommateur n’aurait donc pas grand-chose à en attendre, a estimé Laurianne Altwegg, responsable énergie à la Fédération Romande des Consommateurs (FRC). Un ménage ne devrait ainsi épargner que quelques dizaines de francs sur une facture de 1000 francs.

Avertissement des partis de gauche

Les partis de gauche, qui ont déjà combattu avec succès la libéralisation du marché de l’électricité en 2002, ne veulent toujours pas en entendre parler. «Cela minera la partie de la branche qui se porte bien aujourd’hui», s'est inquiété le Vaudois Roger Nordmann, chef du groupe socialiste aux Chambres.

Il craint que les producteurs suisses ne soient incapables de couvrir leurs coûts de revient avec les prix du marché libre. «Nous combattrons par référendum toute libéralisation à la hussarde», a prévenu le conseiller national.

Dans ce cas, il pourrait compter sur le soutien de l’Association des entreprises électriques (AES). Cette dernière pense que les entreprises investiront moins dans le développement des énergies renouvelables en cas de libéralisation, car ces investissements ne seront plus garantis.

L’Office fédéral de l’énergie (OFEN) reste prudent. «Notre analyse confirme que la sécurité de l’approvisionnement peut être assurée à moyen et à long terme par des mécanismes de marché, mais rien n’a encore été décidé au sujet des travaux futurs», a-t-il précisé au journal fribourgeois.

(nxp)

Créé: 19.12.2017, 10h41


Sondage

École: les parents devraient-ils avoir le droit de soustraire leurs enfants aux cours d'éducation sexuelle?




S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.