Dimanche 17 novembre 2019 | Dernière mise à jour 09:43

Suisse Les élèves étrangers sont bien plus motivés

Les résultats scolaires des adolescents d'origine étrangère en Suisse sont dans la moyenne internationale. Leur motivation est nettement supérieure à celle de leurs camarades autochtones.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Une étude PISA (Programme international pour le suivi des acquis des élèves) avait testé en 2015 plus d'un demi-million d'écoliers de 15-16 ans de 72 pays autour du monde. Les tests portaient sur la lecture, les mathématiques et les sciences. De plus, les élèves ont également répondu à des questions de contexte comme leur motivation à l'école et leur environnement social.

L'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a publié lundi une analyse comparant les données PISA de 2015 avec des résultats appliqués aux élèves d'origine étrangère.

Selon cette étude, la proportion en Suisse de ces derniers qui maîtrisent les connaissances de base dans les trois disciplines est de 58%, un peu plus que la moyenne internationale (54%) et de la moyenne européenne (55%).

En comparaison, les champions de ce classement sont Singapour (91%), Macao (88%), Hong Kong (84%) et le Canada (82%). En queue de liste figurent la Tunisie, le Mexique et l'Algérie (tous trois 4%).

Motivation: bonnet d'âne pour la Suisse

En comparaison avec les 72 pays étudiés par l'OSCE, la motivation de ces filles et garçons est inférieure à la moyenne. Elles et ils sont 46% à dire «vouloir être la meilleure ou le meilleur» en tout, ou «plutôt vouloir être la meilleure ou le meilleur».

Dans cette catégorie, la Suisse est à la dernière place, la moyenne OCDE se situant à 70%, et celle de l'Union européenne (UE) à 66%. Les places d'honneur sont occupées par les pays anglo-saxons, les Emirats arabes unis, le Qatar et la République dominicaine, tous au-dessus de 80%.

En bas du tableau, on trouve presque exclusivement les pays européens. Et plus bas encore, les adolescents autochtones, dont les motivations sont nettement inférieures à celles de leurs camarades issus de l'immigration. Seuls un tiers des élèves suisses se disent «motivés».

Se sentir «à sa place» à l'école

Sur la question du sentiment d'intégration, la Suisse donne une image hétéroclite. Parmi les élèves d'origine étrangère, il sont 54% à se sentir «à leur place» à l'école (moyennes OCDE et UE 69%). Mais il faut noter ici une chute de 17 points entre 2003 et 2015.

En revanche, les adolescents immigrés sont très satisfaits de leur situation. Sur une échelle de 1 à 10, 75% d'entre eux donnent la note 7 ou plus à leur qualité de vie, alors que la moyenne internationale est d'environ 69 %. De plus, ils sont bien en dessous de la moyenne OCDE à se dire anxieux devant les tests.

L'étude compare encore la proportion de «teen-agers» dans chacun des pays concernés. Dans ce chapitre, la Suisse occupe le 6e rang sur 72 avec 52%, loin devant la moyenne OCDE (23%) et celle de l'UE (21%). (ats/nxp)

Créé: 19.03.2018, 18h57

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.