Mercredi 8 avril 2020 | Dernière mise à jour 08:09

Hefenhofen (TG) Un éleveur condamné pour maltraitance persiste

Des photos montrant des chevaux décharnés ou morts font scandale. La justice est saisie.

(Photo d'illustration)

(Photo d'illustration) Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Déjà 13 chevaux sont morts de faim chez un éleveur à Hefenhofen (TG) et d'autres sont très amaigris par manque de nourriture, selon une ancienne employée. L'éleveur a déjà été condamné à plusieurs reprises pour cruauté envers les animaux.

Les photos faites par l'ancienne employée sont à peine supportables. On y voit notamment le cadavre d'un cheval mort de faim avec autour de lui d'autres chevaux très amaigris qui semblent à peine tenir sur leurs jambes. Ils ne reçoivent que rarement à manger. Lorsque c'est le cas, il s'agit de légumes et de pain moisis.

Comme le révèle le Blick dans son édition de jeudi, les photos ont été prises à la fin du mois de juillet. L'ancienne employée a déposé une plainte pénale contre l'éleveur.

Mettre fin aux souffrances

Après avoir vu ces photos, Erwin Kessler, de l'Association contre les fabriques d'animaux (VgT), a écrit au gouvernement thurgovien pour exiger que la police intervienne, afin de saisir les chevaux et, si nécessaire, les abattre pour mettre fin à leurs souffrances. Il reproche à l'exécutif de ne rien faire depuis des années contre cet éleveur condamné à plusieurs reprises pour mauvais traitement envers les animaux.

Le conseiller d'Etat Walter Schönholzer a confirmé à l'ats le dépôt d'une plainte pénale contre l'éleveur. «Les images sont choquantes», a déclaré le chef du Département de l'intérieur et de l'économie. Le vétérinaire cantonal suit depuis des années le dossier de cette exploitation et il n'est en aucun cas inactif, selon le conseiller d'Etat.

La position des autorités est délicate. L'éleveur s'oppose à toute intervention et saisit systématiquement toutes les possibilités de recours. Le Tribunal fédéral a ainsi cassé une décision interdisant à cet homme de détenir des animaux. Une interdiction partielle est toutefois en vigueur: l'éleveur n'a le droit d'avoir que 60 chevaux.

Nouvelle enquête

L'office vétérinaire fait régulièrement des visites dans cette exploitation, a encore indiqué Walter Schönholzer. Lors des contrôles réalisés ces dernières années, des situations comme sur les photos n'ont jamais été constatées. En raison de la plainte pénale déposée, une nouvelle enquête est ouverte.

Pour Erwin Kessler, il s'agit d'une «scandaleuse tragédie animale» et les autorités thurgoviennes n'ont rien entrepris pour l'éviter. Depuis douze ans, l'association VgT dénonce les mauvais traitements dont les animaux sont victimes chez cet éleveur. (ats/nxp)

Créé: 03.08.2017, 15h49

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.