Dimanche 15 septembre 2019 | Dernière mise à jour 13:30

Grands prédateurs Des éleveurs de moutons mènent la vie dure au loup

Des éleveurs de moutons opposés aux loups veulent fonder d'ici à l'automne prochain une association nationale afin d'accroître leur poids politique.

Pour l'heure, la Suisse a recensé quelque 25 loups.

Pour l'heure, la Suisse a recensé quelque 25 loups. Image: ARCHIVES/Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'association pour une «Suisse sans grands prédateurs» devrait voir le jour d'ici à l'automne prochain.

«Si nous voulons nous faire entendre, nous devons créer une organisation nationale», indique Georges Schnydrig, l'un des initiateurs du projet, dans une interview parue ce mercredi 4 mars dans le «Walliser Bote». L'homme est également député chrétien-social au Grand Conseil valaisan et président de la commission grands prédateurs de la chambre haut-valaisanne d'agriculture.

Au niveau national, il existe déjà une association regroupant les éleveurs de moutons. Mais elle assume de nombreuses tâches et la problématique des grands prédateurs exige beaucoup de temps, souligne Georges Schnydrig.

Le Groupement suisse pour les régions de montagne (SAB) doit coordonner le tout et travailler sur le plan politique. «Nous devons accroître la pression. Cela ne sera possible que si nous gagnons des membres provenant également d'autres milieux que celui agricole», prévient Georges Schnydrig dans le quotidien haut-valaisan.

Pas sa place en Suisse

Pour les initiateurs du projet, le loup n'a pas sa place en Suisse. Le problème des grands prédateurs ne peut être résolu avec des concepts, estiment-ils.

Dans un premier temps, une association verra le jour en Valais. Une organisation nationale est espérée d'ici à l'automne prochain. Sa direction devrait être assumée par Thomas Egger, directeur du SAB.

Pour l'heure, la Suisse compte quelque 25 loups. Pour tenir compte des demandes notamment des paysans et des chasseurs, la Confédération veut assouplir les possibilités de l'abattre. Une consultation est en cours dans les différents milieux concernés jusqu'au 16 mars. (ats/nxp)

Créé: 04.03.2015, 13h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.