Jeudi 27 juin 2019 | Dernière mise à jour 03:00

Style L’élu qui tutoie les inconnus

Le courrier électoral de Mathias Reynard (PS/VS) choque certains de ses destinataires avec son ton jugé trop «jeune».

Image: Laurent Crottet

Trouvez-vous la publicité politique trop envahissante?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En politique, un peu de fraîcheur fait parfois du bien. Benjamin du Parlement, le socialiste valaisan Mathias Reynard l’a bien compris, lui qui a adressé des lettres aux nouveaux électeurs majeurs de sa région, ainsi qu’à ses contemporains, pour les encourager à se rendre aux urnes, d’ici quelques jours. Au début des missives, un inhabituel «salut», suivi de multiples tutoiements.

Problème: ce style plus courant dans les magazines pour ados que dans la communication politique ne fait pas l’unanimité. Envoyées il y a un peu plus de deux semaines, les lettres ont déjà entraîné près d’une dizaine de plaintes auprès de Sébastien Fanti, préposé à la protection des données du canton du Valais. Outre le ton du socialiste, c’est la mention de l’âge des destinataires qui agace. «Quand j’ai reçu la lettre, qui s’adresse à moi comme si on se connaissait de longue date, je me suis demandé pour qui il se prenait», explique un récipiendaire. Il s’étonne en outre que Mathias Reynard ait eu vent de son âge et de son adresse, n’étant pas dans l’annuaire.

En dessous de la ceinture

Contacté par «Le Matin», Mathias Reynard voit dans cette polémique naissante «une pure manœuvre politique, à quelques jours des élections». Sa colère est d’autant plus grande que, chez ses opposants, certains n’hésitent pas à demander si, en tant que prof, il n'aurait pas eu accès à des données d’administrations publiques. «Je savais qu’on m’attaquerait au moindre faux pas, donc j’ai pris soin de tout faire dans le plus strict respect de la légalité. Pour moi, ces insinuations selon lesquelles j’aurais peut-être récolté des données à travers mon activité d’enseignant sont des coups bas totalement diffamatoires.» Il est vrai que si Mathias Reynard était un maître intercontinental de l’espionnage, il aurait évité de faire figurer, parmi ses correspondants, un proche de Sébastien Fanti ou une jeune candidate UDC… «Une partie des adresses utilisées provient de l’entourage, les autres des listes électorales disponibles auprès des communes. Ces dernières comportent les dates de naissance, ainsi que le veut la loi», précise encore le conseiller national.

Reste l’épineuse question du tutoiement. Et là, Mathias Reynard reconnaît à son style un encrage local: «Parmi les contemporains auxquels j’ai écrit, il y en a sûrement quelques-uns auxquels j’ai adressé un tutoiement alors qu’on ne se connaît pas. Mais il n’y a rien d’anormal là-dedans, le Valais est un canton où nous avons le tutoiement facile.»

Un canton où, aussi, les règlements de comptes fusent. (Le Matin)

Créé: 23.09.2015, 06h29


Sondage

La vague de chaleur à 40° qui s'annonce cette semaine sur la Suisse vous inquiète-t-elle?



Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.