Jeudi 22 août 2019 | Dernière mise à jour 13:26

Suisse Des élus se liguent contre l'interdiction de la burqa

Sept opposants à l'initiative anti-burqa ont formé un comité, estimant que le texte constitue notamment une entrave à la liberté individuelle.

Le conseiller aux Etats Andrea Caroni, à l'origine du comité.

Le conseiller aux Etats Andrea Caroni, à l'origine du comité. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un comité interpartis a été créé pour lutter contre l'initiative anti-burqa, qui a formellement abouti. Ce comité, qui compte sept membres tous partis confondus, a été formé par le conseiller aux Etats Andrea Caroni (PLR/AR).

On y trouve notamment le conseiller aux Etats Hans Stöckli (PS/BE) et les conseillers nationaux Barbara Schmid-Federer (PDC/ZH) et Claudio Zanetti (UDC/ZH). Andrea Caroni s'oppose à cette initiative «par conviction libérale», dit-il dans un entretien publié samedi par Le Temps. «L'Etat n'a pas à légiférer sur les vêtements des citoyens».

Pas de problème réglé

Selon lui, cette loi ne réglerait pas les problèmes qu'elle prétend combattre. Elle ne ferait que générer de la bureaucratie et limiter la liberté et la sphère privée des individus. «Les initiants jouent le jeu des extrémistes: comme eux, ils cherchent à créer des tensions en agitant des symboles», dénonce le libéral-radical.

Le conseiller aux Etats dénonce aussi l'hypocrisie des partisans de l'initiative: «Soudain, des cercles conservateurs, qui ne se préoccupent d'ordinaire jamais d'égalité entre les sexes, prétendent se battre pour la liberté d'une poignée de touristes féminines des pays du Golfe». L'élu balaie aussi l'argument de la sécurité: «On n'a jamais vu en Europe un attentat commis par une femme en burqa».

Nuisible au fédéralisme

Face aux sondages qui montrent que les Suisses sont plutôt favorables à l'interdiction de la burqa, Andrea Caroni défend le fédéralisme. Le Tessin a dit «oui» à une interdiction de la burqa, mais Glaris, un canton plutôt conservateur, a dit «non», rappelle-t-il. «Laissons les femmes décider et laissons les cantons décider».

L'initiative populaire «Oui à l'interdiction de se dissimuler le visage» a formellement abouti. Sur les 106'457 signatures déposées, 105'553 sont valables, indiquait vendredi la Chancellerie fédérale.

Le texte du Comité d'Egerkingen prévoit que personne ne devrait avoir le droit de dissimuler son visage dans l'espace public, dans des lieux accessibles à tous (excepté les lieux de culte) ou dans lesquels sont fournies des prestations accessibles à tout un chacun. Il serait aussi interdit de contraindre quelqu'un à se dissimuler le visage en raison de son sexe. (ats/nxp)

Créé: 14.10.2017, 11h15

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.