Mercredi 19 juin 2019 | Dernière mise à jour 03:09

Coup En 1991, «Le Matin» voyait rose pour la grève des femmes

Pour marquer le coup, les rédactrices avaient pris les commandes du journal et sorti une édition extraordinaire dans tous les sens du terme.

L'édition du 14 juin 1991 du «Matin» réservait bien des surprises à ses lecteurs, comme le promettait son sommaire.

L'édition du 14 juin 1991 du «Matin» réservait bien des surprises à ses lecteurs, comme le promettait son sommaire.

«Le Matin» du 14 juin 1991

Lien vers l'exemplaire scanné sur le site «Scriptorium» de la BCU Lausanne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Il y a 28 ans, les femmes organisaient une première grève pour protester contre la lenteur de la mise en application de l'article constitutionnel sur l'égalité hommes-femmes, datant du... 14 juin 1981, soit 10 ans plus tôt. Une action hors du commun que «Le Matin» ne pouvait que saluer à sa manière. Le quotidien avait alors nommé une rédactrice en chef d'un jour, Claude Langel qui, avec toutes les femmes de la rédaction, avait concocté un numéro spécial. Et choisi la teinte rose-violette, déjà couleur de la grève à l'époque, pour remplacer le orange traditionnel du «Matin». Elles avaient donc travaillé (mais rappelons qu'un journal papier se fait la veille, donc pas de souci), épaulées par les hommes, pour réaliser une édition qui est restée parmi les plus remarquables de l'histoire du quotidien. Nous vous en présentons les pages les plus savoureuses.

La une Souvent caricaturé pour mettre des femmes peu vêtues en une, «Le Matin» des femmes a fait l'inverse, avec cette photo de l'acteur Jean-Hugues Anglade, sous le logo rose du jour. Toutes les rédactrices avaient posé pour ce journal exceptionnel.

Page 2 Une rubrique revisitée par Catherine Maret, qui recense les plus et les moins pour la cause des femmes depuis 10 ans, rappelant en premier lieu que seul le Valais avait dit non à l'égalité homme-femme. Puis les trois éditos écrits par des femmes, avec le symbole de la statue de la Liberté, portant le flambeau de la féminité, qui reviendra dans tout le journal. Marie-José Brélaz fait une grève des mots féminins. Anne Dousse explique que cette grève de 1991 ne pourra être faite que par «quelques privilégiées» mais qui pourront ainsi démontrer leur solidarité avec les moins favorisées. Les faits n'ont guère changé 28 ans plus tard. Et Patricia Gnasso remercie les hommes avec ironie.

Page 5 Les raisons de la grève sont expliquées, ainsi que les diverses réactions des employeurs face à ce mouvement, qui sont en gros les mêmes qu'aujourd'hui. On apprend aussi la naissance d'une association de machos pratiquants qui semble avoir disparu depuis (mais pas les idées qu'elle défendait). Et déjà à l'époque, comme l'a fait un salon érotique genevois cette année, la publicité pour un bar lausannois invitait les hommes à venir voir ses employées, qui ne grévaient pas. Des citations en rapport avec l'(in)égalité des sexes étaient également disséminées dans le journal.

Page 7 Des brèves romandes uniquement consacrées aux femmes. Seul homme de la page, Barrigue, le dessinateur du «Matin», donnait sa version de l'égalité homme-femme.

Page 9 Parité bien ordonnée commence par soi-même et, dans cette page, les propos sexistes du «Matin» sont passés en revue. Belle auto-critique.

Page 19 La rubrique de conseils sexuels du Dr Ruth a été remplacée par celle d'une certaine Dr Denise, que signe en fait l'humoriste François Silvant. Qui n'y va pas avec le dos de la cuillère.

Page 20 Sous une remise en question de l'image caricaturale que l'on pouvait se faire à l'époque de la femme new-yorkaise, la météo annonçait une journée plutôt clémente pour cette grève des femmes, avec des températures oscillant entre 21 et 24 degrés. Rappelons également que «Le Matin» n'avait que quatre pages en couleur à l'époque, la une et la der de chacun de ses deux cahiers.

Page 21 Voici donc la une du 2e cahier, toujours réservée aux sports, qui en composaient sa majeure partie. Un terrain plutôt perçu comme réservé aux hommes, mais les femmes de la rédaction ont réussi ce jour-là à fouler sa pelouse.

Page 23 Si un astérisque est jugé utile pour préciser le choix de ce titre étrange au sommet de la page, la rubrique présente également l'avis de sportives au sujet de la grève. Qui ne trouve guère grâce à leurs yeux.

Page 31 Chassez le naturel, il revient au galop. On notera le chapeau du papier sur les basketteuses. Elles ont souffert... «comme des hommes». Et si la skieuse acrobatique Conny Kissling est l'une des rares à trouver la grève naturelle et dire qu'elle assume être une femme, le journaliste ne peut s'empêcher de rajouter: «Qui plus est ravissante»!

Page 33 Il arrive peut-être un peu tard dans le cahier cet article de Marie-José Brélaz qui se pique (avec humour) d'expliquer le jargon sportif aux femmes.

Page 38 Heureux hasard, l'un des plus beaux films sur des femmes, «Thelma et Louise», était projeté en salle ce jour-là.

Page 40 Ce numéro spécial se conclut avec un dessert, la vision gourmande des beaux mecs par Patricia Gnasso. Même si le détouré de la raquette d'André Agassi et des balles est plutôt indigeste. (Le Matin)

Créé: 14.06.2019, 06h34

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.