Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 21:42

Votations du 9 février L'encadrement des crèches au menu à Genève

Les Genevois se prononcent le 9 février sur un assouplissement de l'encadrement dans les crèches ainsi que sur la loi sur les zones de développement. La privatisation du téléréseau Naxoo est aussi en jeu.

Selon la loi modifiée, un adulte pourra encadrer 10 enfants âgés de 2 à 3 ans, contre 8 actuellement.

Selon la loi modifiée, un adulte pourra encadrer 10 enfants âgés de 2 à 3 ans, contre 8 actuellement. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les Genevois se prononceront le 9 février sur un assouplissement des normes d'encadrement dans les crèches. Cette révision a été combattue par référendum par la gauche et les syndicats.

Selon la loi modifiée, un adulte pourra encadrer 10 enfants âgés de 2 à 3 ans, contre 8 actuellement. Pour la tranche des plus de 3 ans, le nombre d'enfants par adulte présent passe de 10 à 13. La droite qui a initié cette révision veut favoriser la création de nouvelles places en crèche tout en diminuant les coûts de fonctionnement.

Le plus mauvais taux d'encadrement?

La gauche et les syndicats craignent que cette réforme ne mette en péril la qualité de l'accueil des enfants et ne péjorent les conditions de travail du personnel. Ils affirment que Genève aura ainsi le plus mauvais taux d'encadrement de Suisse et d'Europe, ce que réfute la droite.

Pour résoudre la pénurie de place en crèches, il faut que les collectivités - canton et communes - y consacrent plus de moyens, selon la gauche. C'est d'ailleurs une obligation constitutionnelle, rappellent les opposants à la nouvelle loi.

Ces arguments développés par le comité référendaire ont fait mouche: près de 28'000 signatures ont été récoltées alors que 7000 étaient nécessaires.

Des normes fédérales

Pour les référendaires, un abaissement des normes ne débouchera pas sur une augmentation du nombre de places de crèches car des règles fédérales fixent un minimum d'espace de 3 m2 par enfant. Les crèches actuelles ne pourront pas repousser leurs murs pour accueillir plus d'enfants dans leurs locaux, soulignent les référendaires.

Le Conseil d'Etat suit la même logique et rejette la loi révisée. Il prend ainsi à contre-pied la majorité du Grand Conseil.

Ne pas gaspiller

Toujours au niveau cantonal, la modification de la loi générale sur les zones de développement fait, elle aussi, l'objet d'un référendum. Déposée par le PLR et adoptée en mai par le Grand Conseil, elle impose des densités de construction minimales en fonction de la zone de développement afin de ne pas gaspiller le sol. Des densités inférieures seront toutefois autorisées.

Rappelant que Genève est déjà une des villes les plus denses au monde, l'association «Stop Surdensification» estime que la densité augmenterait de 20 à 80% en moyenne avec cette loi et menacerait les zones villas du canton. Les référendaires comptent de nombreuses associations d'habitants dans leurs rangs et sont soutenus par le MCG, l'UDC et les Vert'libéraux.

Naxoo en question

Les habitants de la Ville de Genève sont aussi appelés à se prononcer sur la vente, contestée par voie référendaire, des parts de la commune dans 022 Télégenève SA-Naxoo à l'actionnaire minoritaire UPC Cablecom pour 57,5 millions de francs. La première ville du canton détient depuis 2007 51,2% du capital-actions de Naxoo, dont le réseau dessert plus de 80'000 foyers genevois.

Alors que la Ville de Genève ne veut pas rester sur un marché fortement concurrentiel qui ne relève plus du service public, Ensemble à Gauche et les syndicats estiment que le téléréseau genevois doit rester en mains publiques. Et de relever que les frais liés à l'abonnement sont plus élevés auprès du plus grand opérateur de Suisse que de l'entreprise genevoise.

En outre, les référendaires craignent que la privatisation entraîne des licenciements, contrairement à la clause exceptionnelle négociée pour préserver les 90 emplois actuels. Dernier argument: vendre Naxoo à UPC Cablecom, filiale de la multinationale américaine Liberty Global, c'est faciliter l'espionnage des Genevois par la NSA. (ats/nxp)

Créé: 04.02.2014, 15h04

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.