Jeudi 23 mai 2019 | Dernière mise à jour 10:16

Polémique Cet enclos continue de faire jaser

À Bienne, une œuvre contemporaine était jugée offensante pour les personnes en situation de handicap. Elle est maintenant jugée dangereuse pour les enfants…

Les artistes Barbara Meyer Cesta et Rudolf Steiner sur la parcelle attribuée à leur projet «Texas».

Les artistes Barbara Meyer Cesta et Rudolf Steiner sur la parcelle attribuée à leur projet «Texas». Image: Laurent Crottet

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Un parlementaire biennois à la mobilité réduite avait allumé la mèche après avoir constaté que l’enclos conceptuel imaginé par le duo d’artistes Haus am Gern n’était pas accessible aux handicapés. Objection rejetée par la préfecture, sous prétexte que le permis avait déjà été accordé. Mais c’était compter sans la guilde du quartier, pour qui l’enclos prévu rejette les enfants sur la route…

L’œuvre conceptuelle choisie par un jury s’appelle «Texas». Elle se compose d’une clôture sans porte et d’une tribune, sur un terrain végétalisé. «Texas» se déploie sur une nouvelle esplanade séparant deux édifices emblématiques de la cité seelandaise: le Palais des Congrès et la Coupole du Centre autonome de jeunesse. La démarche de Haus am Gern: susciter la réflexion sur l’utilisation de l’espace public. Entrer dans leur «paddock», c’est possible depuis que la Ville a végétalisé la parcelle, devenue une prairie sèche. Personne ou presque ne passe par ce terrain, excepté quelques résidents qui empruntent ce raccourci.

Ce projet n’est pas financé par la Ville, mais par la société Parking SA, à hauteur de 80 000 francs. Quand la barrière blanche balisera la parcelle, son accès ne sera ni interdit ni encouragé. Si la guilde du quartier de l’Avenir s’y oppose maintenant, portant l’affaire devant la Direction cantonale des travaux publics, c’est par crainte de voir les enfants jouer au foot dans le paddock et courir sur la route pour récupérer un ballon perdu. Fallait-il construire une ixième place de jeu pour les enfants, alors que les promoteurs des habitations voisines ont été dispensés de cette obligation? «Avec l’argent dépensé pour torpiller notre installation, la guilde pourrait aménager une place de jeu ailleurs», estiment les artistes Barbara Meyer Cesta et Rudolf Steiner.

L’enclos prévu est censé border toute la parcelle en question, à côté d’un terrain bétonné, mais les artistes ne peaufineront pas leur projet avant l’issue de la procédure. Ce qui les ravit, c’est qu’avec la végétalisation de la parcelle façon «Texas», leur projet s’est en quelque sorte déjà concrétisé. «Il manque la barrière et la tribune, mais un paradoxe existe déjà, avec un coin de nature créé artificiellement…» ironisent les artistes. Qui poursuivent: «La question de l’utilisation de l’espace public se pose déjà, avec des détritus qu’il faut évacuer et des plantes invasives qu’il faut arracher, ou pas…»

Reste que, à croire le parlementaire Mohamed Hamdaoui, les utilisateurs de la Coupole habitués à allumer des feux démonteront la barrière pour la brûler au lieu d’enflammer des palettes. À méditer… (Le Matin)

Créé: 03.08.2017, 13h04

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.