Mercredi 27 mai 2020 | Dernière mise à jour 01:51

Déconfinement Enfin ouvert, un coiffeur biennois vit son renouveau

«LeMatin.ch» était le premier client d'un coiffeur de 77 ans, ce matin à Bienne.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Refaire une coupe, il attendait ça depuis six semaines. Dans son agenda, le rendez-vous était noté à 6h30, mais John Roueche a téléphoné quelques minutes après 6 heures, croyant à un retard... «J'étais fatigué pendant le confinement, mais ce matin, je me suis réveillé en pleine forme à 4h30», dit-il pour justifier son impatience.

La veille, avant d'aller se coucher, John a regardé à la TV un reportage sur la grippe espagnole de 1918. Ambiance... Mais son salon a repris ses couleurs habituelles, à Bienne: le bouquet de lilas posé sur le comptoir, il l'a confectionné en allant couper des fleurs dans le jardin de Paulette, une cliente. «J'étais prêt à partir en forêt», glisse-t-il.

Pas de café

Le coiffeur ne sert pas de café impossible à boire «à cause du masque». Il a aussi renoncé aux magazines qui passent de main en main, même si les visages sont masqués et les mains désinfectées: «On risque de porter les doigts à la bouche en tournant les pages», estime-t-il, tandis que la radio diffuse de la musique classique.

«C'est ma première coupe!», chante l'artisan coiffeur qui vit une renaissance. Le tiroir-caisse est resté vide, mais ce qui a manqué à John, c'est le contact: «J'ai vécu ce confinement en léthargie, j'étais atone», confie le coiffeur qui a parlé à sa chatte Jecky, quand ce n'était pas à lui-même.

Six semaines à trier les cosmétiques et à réparer les plinthes, c'était plus qu'il n'en fallait pour mettre de l'ordre dans le salon partagé avec Erwin, qui reprend du service cet après-midi, alors que le salon est habituellement fermé le lundi.

«C'est l'âge...»

«Je suis tellement prudent», marmonne John Roueche en désinfectant la chaise après la coupe. À 77 ans, ne craint-il pas le Covid-19? «Ma seule maladie, c'est l'âge...», répond-il pour éluder la question.

Chez John, il n'y aura pas plus de trois clients à la fois. Le rythme sera moins soutenu, mais qu'importe: en prenant congé du «Matin.ch», l'artisan coiffeur est tout sourire: «J'ai l'impression de ne pas avoir arrêté de travailler», dit-il en nettoyant la main courante.

Vincent Donzé

Créé: 27.04.2020, 09h23

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.