Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 11:07

Armée La Suisse veut envoyer plus de soldats au Kosovo

Le Conseil fédéral demande au parlement que l'engagement de la Swisscoy soit prolongé jusqu'en 2023 et que ses effectifs soient augmentés.

Viola Amherd est la cheffe du Département de la défense.
Vidéo: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La Swisscoy doit rester engagée au Kosovo jusqu'à fin 2023. Le Conseil fédéral demande aussi mercredi au Parlement d'augmenter les effectifs de l'armée au profit de la Kosovo Force multinationale (KFOR).

L'Assemblée fédérale a approuvé l'engagement de la Swisscoy au sein de la KFOR jusqu'au 31 décembre 2020. Elle doit désormais le prolonger. Les prestations suisses ont été adaptées aux besoins de la KFOR. Le contingent est passé de 235 à 190 militaires en avril 2018 puis à 165 depuis octobre 2019. Une partie des moyens a été ramenée en Suisse, notamment des véhicules blindés.

Mais la situation politique et sécuritaire dans les Balkans occidentaux s'est dégradée ces dernières années. Le Kosovo et la Serbie se provoquent mutuellement, a expliqué à la presse la ministre de la Défense, Viola Amherd. Et la population en souffre.

Même si le risque d'un nouveau conflit armé est faible, la présence de la KFOR est nécessaire afin de garantir la stabilité et la sécurité du pays. L'OTAN a renoncé à son projet de réduire de moitié l'effectif de la KFOR. Certains pays qui s'étaient retirés, comme la Grande-Bretagne, se sont à nouveau engagés dans la force, a souligné Viola Amherd.

Lacunes

Dans ce contexte, des lacunes capacitaires sont apparues. Des contributions supplémentaires sont nécessaires notamment dans les domaines de la liberté de mouvement, de la collecte de renseignement et des fonctions d'officiers d'état-major au quartier général. La Swisscoy a déjà contribué à ces tâches.

Le Conseil fédéral demande un contingent de maximum 195 militaires dès avril 2021. Ce contingent peut être renforcé avec 20 personnes en cas de menace accrue. Ces renforts ne peuvent opérer que durant quatre mois. Cinquante personnes peuvent être engagées pour une durée de huit mois afin d'accomplir des tâches de logistique et de maintenance.

Selon l'augmentation, les dépenses pourraient se monter à environ 41 millions de francs (195 militaires). Les engagements supplémentaires s'élèvent à 9,1 millions (50 personnes) et 1,1 million (20). Le Conseil fédéral peut décider à tout moment de mettre fin à l?engagement de manière anticipée.

Solidarité

Environ 20% de femmes sont engagées au sein de la Swisscoy. Elles représentent un atout, a estimé la conseillère fédérale. Les femmes musulmanes leur font plus confiance qu'aux hommes et sont plus ouvertes à des discussions. La Swisscoy peut ainsi récolter des informations.

Même si les effectifs helvétiques représentent 5% de la KFOR, la Suisse démontre qu'elle contribue à l'effort conjoint pour la stabilité et fait acte de solidarité. Par ailleurs, l'armée en tire des conclusions utiles. Elle a ainsi pu vérifier ses propres procédures de ravitaillement et d'évacuation sur de grandes distances.

Depuis octobre 1999, l'armée suisse participe à la Kosovo Force multinationale. A ses débuts, la Swisscoy était une compagnie logistique non armée. Elle a ensuite adapté ses tâches et ses effectifs aux besoins de la KFOR. Mais elle ne veut pas rester sur place plus longtemps que nécessaire, a conclu Pälvi Pulli, cheffe de la politique de sécurité du Département fédéral de la défense. (ats/nxp)

Créé: 27.11.2019, 15h08

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.