Lundi 23 septembre 2019 | Dernière mise à jour 11:15

Suisse Enquête ouverte contre l'ex-chef de CarPostal

Fedpol soupçonne Daniel Landolf, ancien patron de CarPostal d'être coupable d'escroquerie. D'autres membres de la direction pourraient être inquiétés.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

La police fédérale a ouvert une enquête contre l'ex-chef de CarPostal, Daniel Landolf, et son responsable des finances. Ils sont soupçonnés d'escroquerie en matière de prestations. Selon Fedpol, la procédure pourrait ensuite s'étendre à d'autres personnes.

«Une procédure pénale administrative a été ouverte», a indiqué Cathy Maret, porte-parole de la police fédérale (Fedpol), à Keystone-ATS revenant sur une information publiée par Le Matin Dimanche et la SonntagsZeitung. «Il s'agit de premiers pas», précise Fedpol sur son site.

Jusqu'à cinq ans de prison

Si l'escroquerie est reconnue, l'ex-chef de CarPostal et son responsable des finances risquent une amende allant jusqu'à 30'000 francs et une peine de privation de liberté jusqu'à 5 ans. Dans la foulée, d'autres membres de la direction pourraient être inquiétés.

Fedpol s'attend à ce que les enquêtes soient terminées d'ici quelques mois. Si l'enquête aboutit à un acte d'accusation, les deux accusés devront répondre devant le Tribunal pénal fédéral.

L'équipe d'enquêteurs et de spécialistes de la Police judiciaire fédérale à Fedpol analyse pour la procédure en cours l'ensemble des documents, des informations et des e-mails. Elle auditionne les personnes appelées à fournir des renseignements. Des perquisitions peuvent être menées.

La procédure pénale administrative ne porte pas sur un intervalle de temps défini. Elle peut donc s'étendre au-delà de la période souvent évoquée de 2007 à 2015.

La procédure administrative contre inconnu a été décidée par le Conseil fédéral en février 2018 à la demande de la ministre des transports de l'époque, Doris Leuthard. À la mi-août, Fedpol a procédé à une perquisition au siège de La Poste et de CarPostal.

Réglé sur le plan financier

Sur le plan financier, le scandale de CarPostal est réglé depuis fin septembre dernier. CarPostal va rembourser environ 205 millions de francs suisses de subventions indues à la Confédération, aux cantons et aux communes. Depuis que le scandale a éclaté, tous les membres du conseil d'administration de CarPostal ont dû quitter leurs postes comme Susanne Ruoff, l'ancienne patronne de La Poste.

Depuis novembre dernier, Christian Plüss est à la tête de CarPostal. Il a mis en place une nouvelle équipe de direction où tous les anciens membres ont dû postuler à nouveau. Thomas Baur avait repris les rênes ad interim depuis février 2018. (ats/nxp)

Créé: 17.02.2019, 12h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.