Lundi 20 janvier 2020 | Dernière mise à jour 07:38

Sylvestres Les enseignants romands se forment à l'école en forêt

Pour l'année scolaire 2019/2020, ce sont sept nouvelles classes – quatre dans le canton de Vaud, trois sur Genève – qui ont rejoint le programme de l'école en forêt.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

L'école en forêt séduit de plus en plus en Suisse romande. Depuis son lancement en 2013, la formation proposée par le WWF et l'organisation Silviva a été dispensée à 58 enseignants, représentant 45 classes et 820 élèves.

Pour l'année scolaire 2019/2020, ce sont sept nouvelles classes romandes - quatre dans le canton de Vaud, trois sur Genève - qui ont rejoint le programme, relève Ariane Derron, responsable des projets écoles du WWF pour la Suisse romande. «Les enseignants sont de plus en plus nombreux à nous appeler. Si l'école en forêt était très marginalisée au début du projet, elle est désormais entrée dans les moeurs», explique-t-elle à Keystone-ATS.

Cette formation, dispensée sur une année aux enseignants des degrés 1 à 4 Harmos, n'existe pas outre-Sarine, où l'école en forêt est beaucoup plus développée. «Les enseignants alémaniques s'organisent eux-mêmes, sans avoir besoin d'un soutien sur mesure», poursuit Mme Derron.

Le WWF et Silviva sont à l'origine d'une autre action au niveau national, «L'école en plein air», programmée durant une semaine en septembre. La dernière édition a impliqué plus de 1200 classes à travers tout le pays.

Concernant «L'école en forêt», les instigateurs du projet ont prévu de tirer un bilan en 2020 après les sept premières années d'existence de la formation. «Tant que la demande existe, la formule ne devrait a priori pas changer», remarque Mme Derron.

Bénéfices multiples

Parmi les participantes actuelles au projet, Joy Gaberel se montre en tout cas satisfaite. L'enseignante d'Aubonne (VD) raconte qu'elle se rend chaque mercredi matin en forêt avec ses élèves. Parmi les bénéfices de cet enseignement, elle cite notamment «les découvertes de la nature, l'apprentissage par les sens et le renforcement de l'esprit d'équipe.»

Entourée d'arbres, l'enseignante vaudoise dispense ses leçons en science, mais aussi en français et mathématiques. «L'objectif consiste à utiliser au maximum les éléments de la nature», indique-t-elle.

Elle explique que les différences de niveau entre élèves sont moins marquées en forêt. Les troubles du comportement y sont également moindres. «Les enfants étaient surpris au début. Mais ils comprennent désormais le concept et ils ont du plaisir à venir», raconte-t-elle. Les leçons en forêt sont maintenues par tous les temps, sauf en cas de trop grosse pluie ou de vent violent.

Encadrée par le WWF et Silviva, l'enseignante est suivie par une formatrice qui lui prodigue des conseils et l'accompagne une fois par saison sur le terrain. (ats/nxp)

Créé: 08.12.2019, 09h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.