Dimanche 29 mars 2020 | Dernière mise à jour 10:45

Ecole Les enseignants veulent la primauté d'une langue nationale

Les syndicats romand et alémanique se sont prononcé en faveur de l'apprentissage d'une seule langue étrangère, surtout nationale. Un vote unanime.

En Suisse romande, la situation des enseignants est plus facile, a ajouté Jean-Marc Haller, secrétaire général du syndicat des enseignants romands: l'allemand a toujours eu la priorité sur l'anglais.

En Suisse romande, la situation des enseignants est plus facile, a ajouté Jean-Marc Haller, secrétaire général du syndicat des enseignants romands: l'allemand a toujours eu la priorité sur l'anglais. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les organisations cantonales d'enseignants ne veulent plus qu'une langue étrangère obligatoire à l'école primaire. Et celle-ci doit être une langue nationale. La décision prise lors d'un vote consultatif mercredi constitue une surprise, en pleine polémique sur l'enseignement des langues.

Vote unanime

«Après avoir longuement discuté, nous nous sommes décidés spontanément pour un vote consultatif, histoire de prendre le pouls», a expliqué jeudi 11 septembre à l'ats Jürg Brühlmann, du Syndicat des enseignants alémaniques (LCH). Le vote – unanime moins une abstention – a été étonnamment clair, selon lui.

«Il y a eu de l'émotion au moment où la décision est tombée», a déclaré mercredi soir à l'ats le secrétaire général du Syndicat des enseignants romands (SER) Jean-Marc Haller. Ce dernier a notamment souligné l'intervention du représentant grison en faveur des langues nationales avant l'anglais.

En Suisse romande, la situation des enseignants est plus facile, a ajouté Jean-Marc Haller: l'allemand a toujours eu la priorité sur l'anglais. La situation est différente outre-Sarine, où le choix est donné d'enseigner soit le duo français-anglais, soit le duo anglais-français, en plus de la langue de scolarisation qu'est l'allemand. Le français a pâti de cette position lorsqu'a surgi le débat sur une éventuelle surcharge des élèves primaires.

Volonté de cohésion

Le vote de mercredi pourrait devenir historique, car il a révélé une vraie volonté de cohésion nationale, selon Jean-Marc Haller.

Un des points qu'il s'agit de modifier d'urgence, aussi bien en Suisse romande qu'en Suisse alémanique, est le caractère sélectif de l'enseignement de la première langue nationale, relève encore Jean-Marc Haller: l'apprentissage du français ou de l'allemand doit être un plaisir, les notes ne doivent pas plomber l'avenir scolaire d'un élève et fonctionner comme un couperet.

Toutes les interventions de mercredi font l'objet d'une résolution fouillée. Celle-ci doit être retravaillée avant d'être soumise en novembre au vote du SER et de son homologue alémanique. La prise de position sera également soumise – comme un signal fort – à la Conférence des directeurs cantonaux de l'instruction publique, qui se réunit fin octobre.

Rappel à l'ordre d'Alain Berset

La position des enseignants intervient en pleine polémique suscitée par les décisions de donner la priorité à l'anglais sur le français dans les cantons de Thurgovie et Nidwald. Dans d'autres cantons non limitrophes à la Suisse romande ou à la France, la question se pose ou se posera suite à des initiatives déposées ou en cours de récolte de signatures, ainsi qu'à des interventions parlementaires.

Le ministre de l'intérieur Alain Berset a, lui, rappelé fin août que les cantons sont tenus, par un compromis, d'enseigner une deuxième langue nationale à l'école primaire. «Sans quoi le fédéralisme ne fonctionne pas», a-t-il ajouté. Si les cantons n'arrivent pas à s'accorder, le Conseil fédéral pourrait intervenir conformément à la Constitution. (ats/nxp)

Créé: 11.09.2014, 12h15

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.