Jeudi 5 décembre 2019 | Dernière mise à jour 23:39

Berne Entreprises responsables: les Romands mettent la pression

Jeudi, le Conseil national débat de l'initiative qui veut responsabiliser les multinationales sises en Suisse. L'idée d'un contre-projet se jouera à quelques voix romandes. Suspense garanti.

Quelles responsabilités pour les entreprises suisses vis-à-vis des droits humains et de l'environnement dans les pays où elles travaillent et s'approvisionnent? C'est l'enjeu du débat de jeudi pour les membres du Conseil national.

Quelles responsabilités pour les entreprises suisses vis-à-vis des droits humains et de l'environnement dans les pays où elles travaillent et s'approvisionnent? C'est l'enjeu du débat de jeudi pour les membres du Conseil national. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Ce mercredi, les membres du Conseil national ont reçu une communication signée par Le Groupement des entreprises multinationales, le Commerce de détail suisse, la Fédération des entreprises romandes, le Centre patronal vaudois, la Chambre de commerce de Genève ou encore la Swiss trading and shipping association (STSA) de Genève. D'une seule voix, elles demandent à ce que les conseillers nationaux soutiennent un contre-projet indirect à l'initiative pour des entreprises responsables.

Nervosité

Cette recommandation de dernière minute témoigne de la tension qu'il y a à Berne autour de ce sujet, où tout le monde s'attend jeudi à un vote serré. Economiesuisse, de son côté, fait tout pour éviter un contre-projet. Mais, pour les représentants de l'économie romande, comme pour une majorité de la Commission des affaires juridiques, il vaut mieux donner des gages crédibles dans un contre-projet, que de risquer une campagne devant le peuple, qui s'annonce hautement émotionnelle.

Les PLR romands sollicités

Il y a une année, le Conseil national avait approuvé un tel contre-projet par 121 voix contre 73, mais au printemps le Conseil des Etats l'avait refusé par 22 à 20. Depuis, l'UDC et le PLR sont réticents à revoter en faveur du contre-projet. Jeudi, les conseillers nationaux doivent voter seulement sur le principe d'entrée en matière. La clé du vote réside dans l'attitude de certains PLR romands qui pourraient le soutenir et faire pencher la balance vers une solution de consensus.

Dernière chance pour un compromis

S'ils acceptent, les débats s'arrêteront là et le Conseil national ne votera pas jeudi sur l'initiative elle-même. Le contre-projet indirect sera à nouveau débattu en commission et retournera devant le plénum des deux Chambres à une session ultérieure où elles devront encore se prononcer... S'ils refusent, c'est la fin des espoirs pour un contre-projet. Le Conseil national se prononce dès lors sur l'initiative qui sera présentée au peuple. Ici, il n'y aura pas de surprise: les partis bourgeois recommandent son refus.

Pour un concept réaliste

Pour les signataires de la lettre, ce serait une occasion manquée. Une nouvelle décision en faveur d'un contre-projet permettra «de développer un concept réaliste et compatible au niveau international favorisant l'entrepreneuriat responsable tel que le pratique la majorité de nos membres... Une non-acceptation rendrait tout cela impossible». En attendant que le peuple en décide autrement à la fin...

Créé: 12.06.2019, 15h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.