Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 20:18

Etats-Unis L'EPFL donnera tout au concours d'Elon Musk

L'équipe EPFLoop participera à nouveau au concours visant à développer une capsule de transport circulant à grande vitesse dans un tube sous vide.

Photo d'illustration.

Photo d'illustration. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Arrivée troisième l'an dernier, l'équipe EPFLoop participera à nouveau à l'Hyperloop Pod Competition cet été en Californie. Cette compétition ambitionne d'élaborer une cellule de transport grande vitesse dans un tube sous vide.

Seule une vingtaine d'équipes ont été sélectionnées parmi quelques milliers de candidates, note l'EPFL mardi dans un communiqué. Le défi à relever avait été lancé par le milliardaire Elon Musk en 2015.

Le fondateur de Tesla et de SpaceX imagine un cinquième type de transport, après la voiture, le train, le bateau et l'avion: des capsules propulsées dans un tube sous vide d'environ 1,2 km pouvant atteindre une vitesse de 1000 km/h.

Les étudiants sollicités

Afin d'explorer la faisabilité technique de différents éléments de l'idée, SpaceX organise un concours destiné principalement aux étudiants. Le but de la compétition est d'atteindre la vitesse la plus élevée possible avec une capsule autopropulsée dans le tube sous vide et de s'arrêter après un freinage.

Comme l'an dernier, la compétition proprement dite aura lieu à mi-juillet sur la rampe d'essai située près du quartier général de SpaceX, à Hawthorne en Californie.

Réduire le poids

Hormis le nom de la capsule, Bella Lui, l'équipe ne dévoile pour l'heure ni son apparence ni ses qualités technologiques, concurrence oblige. Mais on sait sur quoi se concentre sa stratégie: la métrique la plus importante pour construire un «pod» gagnant est la capacité de fournir un rapport puissance/poids élevé.

«Les trois meilleures équipes de l'an dernier (TUM, Delft et EPFL) ont présenté des capsules avec des valeurs très similaires, aux performances proches les unes des autres. Cette année, l'objectif est de réduire le plus possible le poids tout en augmentant la puissance disponible pour le système de propulsion», explique dans le communiqué Lorenzo Benedetti, responsable technique de l'équipe.

Celle-ci est pour l'heure composée de 38 personnes, dont 33 étudiants issus de sept sections de l'EPFL. Elle est encadrée par les professeurs Mario Paolone et André Hodder, et Lorenzo Benedetti. Plus de 20% de femmes font partie de l'équipe.

L'EPFZ aussi

L'équipe «Swissloop», de l'EPFZ et d'autres hautes écoles suisses, s'est également qualifiée, a-t-elle indiqué sur Twitter. Sur le podium en 2017, elle n'était pas parvenue à placer sa capsule «Mujinga» en finale l'an dernier. (ats/nxp)

Créé: 05.03.2019, 12h10

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.