Lundi 17 décembre 2018 | Dernière mise à jour 14:37

Données Les espions sur la piste du chocolat

Sébastien Fanti fait l’objet d’une fiche pour avoir offert un œuf en chocolat à l’entourage du premier ministre Manuel Valls. Il dénonce l’inutilité de ce fichage.

«Je veux savoir ce que le SRC déduit de ces informations, pourquoi celles-là?», Sébastien Fanti, préposé valaisan à la protection des données

«Je veux savoir ce que le SRC déduit de ces informations, pourquoi celles-là?», Sébastien Fanti, préposé valaisan à la protection des données Image: Laurent Crottet

La piste française

En avril 2015, le président français François Hollande vient visiter la Suisse. «Le Matin» relate le contexte de sa venue. Le SRC reprend l’article. Il consigne également, sous le titre «Insolite», le cadeau offert par Sébastien Fanti à l’équipe du premier ministre français.

La piste italienne

En décembre 2011, «Le Matin» relate l’intérêt porté par les autorités italiennes à l’affaire du petit Luca Mongelli, cet enfant agressé en Valais en 2002. Le SRC consigne cet article où Sébastien Fanti apparaît comme l’avocat de la famille qui est en contact avec les autorités italiennes.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

En avril 2015, à l’occasion de la visite en Suisse du président français François Hollande, l’avocat valaisan Sébastien Fanti avait offert un œuf en chocolat à l’attention de l’entourage du premier ministre Manuel Valls. Par ce geste, le Valaisan, aujourd’hui préposé à la protection des données de son canton, avait voulu remercier certaines personnes du cabinet du premier ministre, qui l’avaient introduit à Matignon.

Etonnantes découvertes

Aujourd’hui, Sébastien Fanti ne comprend pas pourquoi le Service de renseignement de la Confédération (SRC) a consigné cet épisode «chocolaté» dans les faits et gestes qui le concernent. L’avocat a pris connaissance de ses données personnelles à la suite de la campagne qu’il a menée contre la nouvelle loi sur le renseignement votée le 25 septembre. Selon le droit de chacun, il a écrit au SRC pour connaître quels renseignements relatifs à sa personne figuraient dans leurs dossiers.

Jeudi dernier, il a été surpris de ce qu’il a reçu. Parmi les sept fiches le concernant, cinq sont des publications à caractère juridique, dont il ne conteste pas l’intérêt. Par contre, deux de ses activités répertoriées l’ont choqué: son mandat pour la défense du petit Luca Mongelli en Valais et le fait qu’il avait offert le fameux œuf en chocolat aux Français. «Dans le cas de Luca Mongelli je n’ai fait que mon travail d’avocat, s’insurge-t-il, à savoir défendre la famille d’un enfant handicapé à vie. Quant au cadeau en chocolat, je ne vois pas en quoi cela a un intérêt quelconque. Je vais demander pourquoi ces informations ont été retenues et je me réserve le droit de demander qu’elles soient enlevées.» Il cherche à comprendre de quoi se nourrit la suspicion du SRC: «Certes ces informations sont parues dans la presse, (ndlr. deux articles parus dans «Le Matin»), mais je veux savoir ce que le SRC déduit de ces informations, pourquoi celles-là? Et si je suis fiché par rapport à celles-ci, je pourrais donc faire l’objet de mesures de surveillance.» Le préposé garde une dent contre l’Etat fouineur et ne manque pas de le faire savoir. Il tient à disposition une lettre type pour que tout un chacun puisse demander au SRC quelles données personnelles sont consignées. «Ça coûte 5 francs, le prix du recommandé», précise-t-il.

Pour lui, il s’agit aussi d’un objectif à long terme: «Je veux pouvoir comparer la situation actuelle avec celle qui résultera de la nouvelle loi.» Laquelle doit entrer en vigueur en juillet 2017. (Le Matin)

Créé: 11.10.2016, 06h36

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.