Mardi 17 septembre 2019 | Dernière mise à jour 06:04

Valais Esquisse de solution pour le voile à l'école

En attendant que la loi soit modifiée, les autorités vont passer par un arrêté ou une directive pour régler la question temporairement.

L'initiative de l'UDC «Pour des têtes nues dans les écoles publiques valaisannes» a été déclarée irrecevable par le Grand Conseil valaisan.

L'initiative de l'UDC «Pour des têtes nues dans les écoles publiques valaisannes» a été déclarée irrecevable par le Grand Conseil valaisan. Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le service valaisan de l'enseignement propose une solution dans la question du voile à l'école. Il suggère de passer par un arrêté ou une directive dans l'attente d'une modification législative.

Le rapport rendu par le service de l'enseignement fait suite à la décision du Grand Conseil de déclarer irrecevable l'initiative de l'UDC «Pour des têtes nues dans les écoles publiques valaisannes». Le rapport tient compte des différentes prises de parole lors de débats, indique en préambule le chef du service Jean-Philippe Lonfat.

Pour y répondre, une directive du département est la meilleure voie, selon le rapport. Plusieurs autres cantons romands ont adopté cette manière de faire. Elle pourrait être rédigée dans un délai de quelques semaines.

Solutions pragmatiques

La directive, ou éventuellement l'arrêté, doit privilégier «des solutions pragmatiques et négociées», précise le rapport. Mais le port de symbole religieux ne doit pas être un obstacle à la bonne communication entre élèves et enseignants et aucune dissimulation du visage n'est autorisée. De plus, quelles que soient ses croyances, «l'élève suit tous les cours inscrits à la grille horaire. L'Ecole n'accorde pas de dispense».

Le canton devra procéder à une révision globale de sa loi sur l'instruction publique. Il pourra légiférer à ce moment sur la question du voile à l'école comme le demande une motion acceptée en 2015 par le Grand Conseil. Le texte réclame une base légale qui permette aux directions d'école, dans certaines conditions, de prononcer une interdiction du voile.

Le service de l'enseignement estime dans son rapport qu'une modification partielle de la loi n'est pas une solution. Si la révision législative est l'option la plus fondée, elle nécessite au moins deux ans avant sa réalisation. «Trop long au regard des attentes», indique le rapport.

L'UDC reste ferme

Dans un communiqué, l'UDC du Valais romand fustige le rapport. Le parti estime que le service de l'enseignement va à l'inverse de ce que réclame la motion. Au lieu de prévoir des modalités d'interdiction, il affirme la «licéité de principe du port du voile à l'école».

Le parti entend poursuivre son combat. Il ira au Tribunal fédéral pour faire reconnaître la constitutionnalité de son initiative. (ats/nxp)

Créé: 24.01.2018, 11h01

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.