Vendredi 15 novembre 2019 | Dernière mise à jour 11:33

Climat Étude suisse: plantons fissa 1000 milliards d’arbres

Pour lutter contre le réchauffement climatique, il «suffit» de boiser l'équivalent du territoire du Brésil, selon des chercheurs zurichois.

Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour lutter contre le réchauffement climatique, on songe souvent à des pistes pour limiter ou stopper les émissions. Une étude zurichoise parue dans «Nature» propose une autre logique: capter le carbone déjà émis. Pour un impact réel, il suffit de planter des arbres, prétendent les chercheurs. Beaucoup d’arbres: 1000 milliards…

Selon les calculs de cette équipe de l’EPFZ, une surface de 900 millions d’hectares devrait être boisée dans le monde afin de lutter efficacement contre le réchauffement.

Les arbres ainsi plantés, une fois qu’ils auraient poussé, pourraient capter 205 gigatonnes (milliards de tonnes) de CO2 atmosphérique, rapportent Jean-François Bastin et Tom Crowther, de l’École polytechnique zurichoise dans «Science».

Intelligence artificielle utilisée

À titre de comparaison, en 2018, 37 gigatonnes de CO2 ont été émises. Depuis la Révolution industrielle, l’humanité en a émis 300 gigatonnes. Selon les auteurs, boiser les surfaces qui s’y prêtent est le moyen le plus efficace, avec la réduction des émissions de CO2, pour limiter le changement climatique.

À l’aide de l’intelligence artificielle, les scientifiques ont calculé quelle surface de la planète pourrait être recouverte de forêts dans les conditions climatiques actuelles. Résultat: 4,4 milliards d’hectares, soit 1,6 milliard de plus que la surface effective de forêts.

Espaces en Russie, aux États-Unis ou au Canada

Les chercheurs ont ensuite déduit les surfaces occupées par les villes ou dédiées à l’agriculture et d’autres activités, ce qui donne au final 900 millions d’hectares. C’est un peu plus que la superficie du Brésil.

Les pays les plus propices pour planter des arbres seraient selon eux la Russie (151 millions d’hectares), les États-Unis (103), le Canada (78,4), l’Australie (58), le Brésil (49,7) et la Chine (40,2).

Mais il faut agir vite, avertissent les chercheurs, car avec le réchauffement et ses conséquences, les zones adaptées à d’éventuelles plantations se réduisent. En outre, les arbres mettent des décennies à atteindre leur taille et leur pleine capacité de stockage de CO2.

«Si tout le monde s'y mettait»

Interrogé par Franceinfo, Tom Crowther a précisé qu’«ajouter 1000 milliards d’arbres sur terre nous permettrait de capturer la plupart du carbone qui se trouve dans l’air aujourd’hui»

Mais mille milliards d’arbres? Boiser une surface de la taille du Brésil? Est-ce vraiment possible? Le chercheur en est convaincu. «Si tout le monde se mettait à planter des graines un week-end sur deux, je pense sincèrement qu’on pourrait y arriver. Si le monde entend ce message, c’est une solution simple et agréable, je suis très optimiste.»

Créé: 05.07.2019, 17h03

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.