Lundi 16 juillet 2018 | Dernière mise à jour 00:46

Corruption 4 millions de détournement: verdict contre l'ex-cadre des CFF

Un homme était jugé pour avoir attribué durant une décennie des contrats à des proches alors qu'il travaillait aux CFF. Il écope de 36 mois de prison avec un sursis partiel.

Image: Keystone

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le Tribunal pénal fédéral a condamné un ex-employé des CFF à une peine de 36 mois de détention, assortie d'un sursis partiel. Il a été reconnu coupable d'escroquerie, notamment. Deux co-accusés ont écopé de peines pécuniaires avec sursis.

Dans son verdict rendu vendredi, la cour a accordé à l'accusé principal la sanction plaidée par son défenseur. L'homme, âgé aujourd'hui de 56 ans, a déjà passé 12 mois en prison.

Les juges ne se sont pas prononcés en revanche sur la demande de semi-détention qui permettrait au condamné de conserver son nouvel emploi et de continuer à rembourser les CFF. Cette question sera tranchée par l'autorité d'exécution des peines du canton de Zurich.

Selon le TPF, une partie des faits sont prescrits. Mais seule l'accusation de faux dans les titres a été abandonnée. En revanche, le condamné a été reconnu coupable notamment d'escroquerie, escroquerie par métier, gestion déloyale des intérêts publics et blanchiment.

Deux autres condamnés

L'actionnaire principal d'une société qui avait bénéficié de contrats attribués par l'ex-employé a été condamné à 360 jours-amendes à 1300 francs avec sursis. Ces mandats étaient octroyés en échange de cadeaux. La cour a retenu la corruption, l'octroi d'un avantage et l'escroquerie.

Un autre actionnaire de la même entreprise est aussi reconnu coupable de corruption et de complicité d'escroquerie. Il écope de 240 jours-amendes à 550 francs avec sursis. Lors de la lecture du jugement, le président a retenu que l'accusé principal avait agi sur une très longue période et que le profit réalisé était élevé. Il n'a pas renoncé de lui-même à ses malversations mais s'est montré soulagé lorsque le pot-aux-roses a été découvert.

Le tribunal a tenu compte de la coopération de cet homme. Sans son aide, la police fédérale ne serait probablement pas parvenue à reconstituer tous les actes délictueux.

Ministère public satisfait

Le Ministère public de la Confédération (MPC) se satisfait pour l'essentiel des jugements rendus qui sont assez proches des réquisitions, a indiqué son porte-parole André Marty. Le procureur avait requis une peine de quatre ans, assortie de jours-amendes.

Pour les deux actionnaires, les réquisitions étaient de 20 et 15 mois avec sursis, ainsi que des jours-amendes fermes.

Durant plus de dix ans, l'accusé principal a abusé de sa position de chef de projet pour attribuer à l'amiable des contrats à deux sociétés appartenant à un camarade d'études. Le travail n'était exécuté que partiellement, voire pas du tout.

Les deux hommes ont détourné ainsi près de 4 millions de francs. A la mort de l'ami en 2011, sa veuve a contribué à maintenir le système. C'est au printemps 2014 que l'employé des chemins de fer a été appréhendé. Il a passé un mois en détention préventive.

Le collaborateur des CFF s'était engagé aussi à passer des commandes auprès de la société de ses deux co-accusés. En échange, il pouvait acquérir des biens de consommation par le biais de cette entreprise. Cette dernière remportait toujours les contrats, car elle était informée du montant prévu par les CFF.

Le jugement n'est pas définitif. Il peut être encore attaqué devant le Tribunal fédéral. (arrêt SK.2017.47) (ats/nxp)

Créé: 15.06.2018, 16h14

S'INSCRIRE À LA NEWSLETTER


Recevez l'actualité quotidienne du "Matin", ainsi que ses offres exclusives.
Choisissez vos newsletters

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.

Contact

Service clients

Abonnement et renseignements
Nous contacter
lu-ve 8h-12h / 13h30-17h
Tél. 0842 833 833, Fax 021 349 31 69
Depuis l'étranger: +41 21 349 31 91
Adresse postale:
Le Matin, Service clients, CP, 1001 Lausanne