Samedi 30 mai 2020 | Dernière mise à jour 21:40

LAUSANNE L’exécutif est prié de faciliter «l’allaitement urbain»

Les débats du législatif lausannois ont été en partie consacrés à la très controversée question de l’allaitement dans l’espace public.

Dans son postulat cosigné avec deux collègues écologistes (dont la secrétaire générale de la FRC, Sophie Michaud Gigon), la jeune élue Alice Genoud - 27 ans, sans enfants - se fait la porte-voix de «mères lausannoises» pour qui l’allaitement en milieu urbain serait «un véritable chemin de croix», compte tenu de la «très mince liste de lieux adaptés».

Dans son postulat cosigné avec deux collègues écologistes (dont la secrétaire générale de la FRC, Sophie Michaud Gigon), la jeune élue Alice Genoud - 27 ans, sans enfants - se fait la porte-voix de «mères lausannoises» pour qui l’allaitement en milieu urbain serait «un véritable chemin de croix», compte tenu de la «très mince liste de lieux adaptés». Image: iStock

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Pour son unique séance du mois, les débats du législatif lausannois ont été en partie consacrés à la question – manifestement encore controversée en 2018 – de l’allaitement dans l’espace public. À l’exception des partis du centre (PDC et Vert’libéraux), des représentants de tous les bords politiques se sont affrontés au sujet de ces seins que l’on ne saurait voir. Essentiellement des femmes, en lieu et place des chefs de groupe masculins. Sauf le Parti libéral conservateur, qui n’en compte aucune parmi ses six membres…

Risque de stigmatisation

Dans son postulat cosigné avec deux collègues écologistes (dont la secrétaire générale de la Fédération romande des consommateurs, Sophie Michaud Gigon), la jeune élue Alice Genoud – 27 ans, sans enfants – se fait la porte-voix de «mères lausannoises» pour qui l’allaitement en milieu urbain serait «un véritable chemin de croix», compte tenu de la «très mince liste de lieux adaptés». Un «malaise» auquel la Ville pourrait aisément remédier en mettant sur pied un «réseau d’établissements volontaires» (cafés, commerces, salles de l’administration, signalés par la présence d’un autocollant), qui accepteraient d’y dédier un espace gratuit. À l’instar de nombreuses villes anglo-saxonnes, françaises, allemandes ou espagnoles, mais également d’outre-Sarine.

À l’heure de développer son texte devant l’hémicycle, l’ex-étudiante en sciences politiques a soutenu que, pour certaines mères ou pères biberonneurs, répondre aux besoins de bébé serait carrément devenu «une véritable aventure». Seulement voilà: les femmes qui n’aspireraient pas au confort de ces espaces aménagés risquent d’être stigmatisées, ont mis en garde les représentantes de tous les partis. Au final, la prise en considération du postulat est passée de justesse, à une voix près. Si bien que l’exécutif rose-vert (six membres sur sept) devra rendre un rapport sur le sujet. Si possible après avoir procédé à une étude, pilotée par l’administration communale.

Créé: 26.04.2018, 17h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.