Mercredi 20 novembre 2019 | Dernière mise à jour 12:10

Religion L'exorcisme en odeur de sainteté

L’Europe connaît un boom des exorcismes, selon des spécialistes. Qui serait dû à un «effet pape François».

Image: AFP

Croyez-vous à l’efficacité de l’exorcisme?

Exorcisme, mode d’emploi

LE «FILTRAGE»

Pour l’Eglise, un exorcisme ne doit être exécuté qu’en cas de certitude de possession. Résultat: si beaucoup se croient habités par le malin, peu sont exorcisés. Mais les églises jouent ici un rôle social, tentant d’aider ceux qui l’approchent. «Dans l’immense majorité des cas, nous offrons d’abord une écoute à des problèmes, puis proposons éventuellement un accompagnement», résume l’abbé Pierre-Yves Maillard, vicaire général du diocèse de Sion. Pour le diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, cette mission revient au Service d’écoute et de délivrance spirituelle, qui aide les personnes en détresse grâce à un réseau de bénévoles, médecins, psychiatres, etc.


LA DÉCISION 

Et si un prêtre a la certitude d’être face à un possédé? Une personne dotée d’une force anormale, qui «parle ou comprend des langues inconnues», montre une «aversion véhémente envers Dieu»? En Suisse romande, il doit s’adresser à son évêque, seul à même d’accorder la permission d’exorciser.


LE MANUEL 

Le prêtre exorciste détient un manuel nommé «Rituel de l’exorcisme et prières de supplication», approuvé en 1999. La version précédente n’avait pas été «dépoussiérée» depuis… 1614. Ce livre n’est pas disponible pour le grand public. «Il m’a été remis en mains propres par l’évêque», note notre prêtre exorciste valaisan.


LE RITUEL 

On l’imagine spectaculaire, avec un possédé suragité et satan résistant avec fureur aux «Vade retro satana» lancés par le prêtre. La réalité? «On est très loin des fantasmes hollywoodiens», sourit le prêtre valaisan. «Il s’agit surtout de prières – qui provoquent des réactions parfois peu perceptibles –, mais aussi de dialogue, d’échange.» Selon l’hebdomadaire français La Vie, le rituel peut durer des heures. Il débute par «une prière, puis la bénédiction de l’eau et l’aspersion du possédé». Le prêtre «impose la croix», adresse ses prières à Dieu et ses injonctions au malin. «Je te conjure, Satan, ennemi du salut des hommes (…) Quitte ce serviteur (cette servante) de Dieu.» «Je te conjure, Satan (…) Retire-toi de cette créature.»

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Le diable s’emparerait de plus en plus de personnes. Qu’il faut donc délivrer du malin. Un «boom de l’exorcisme» qui serait dû à un «effet pape François», titrait avant-hier le Telegraph. «Le pape parle souvent du diable, ce qui a certainement élevé la prise de conscience», note Cesare Truqui dans le quotidien britannique. D’origine mexicaine, ce prêtre exerçant pour le diocèse de Coire dit avoir participé à une centaine d’exorcismes.

Il assiste actuellement à une semaine de conférences à l’Athénée Pontifical Regina Apostolorum, à Rome. Où les intervenants semblent d’accord pour constater une hausse de l’emprise du mal. Le nombre d’exorcismes pratiqués n’est pas avancé. Mais on y évoque une «explosion des demandes» en Espagne, Grande-Bretagne ou Italie. Et on y note un besoin toujours accru d’exorcistes formés. Il y en avait par exemple cinq dans les diocèses de Rome et Milan. Ils sont aujourd’hui respectivement dix et douze.

Force surnaturelle

Dans le Telegraph, le père Truqui souligne que les exorcismes restent très rares par rapport aux demandes. «Certains ont des troubles mentaux et n’en ont pas besoin. Mais d’autres si, et il existe des signes classiques – parler des langues anciennes par exemple. D’autres ont une force surnaturelle et les symptômes incluent des comportements obsessionnels. J’ai traité une femme qui se peignait les cheveux huit heures par jour.»

En Suisse romande, pourtant, on ne semble pas crouler sous les possédés. «Aucun exorcisme n’a été pratiqué dans le diocèse depuis que Mgr Morerod a été ordonné évêque, fin 2011», note Laure-Christine Grandjean, porte-parole du diocèse de Lausanne, Genève et Fribourg, qui n’a qu’un prêtre exorciste.

Influence des vampires

Le diocèse de Sion, lui, en compte quatre. «Je ne constate aucune augmentation, ni des demandes ni des rituels exercés. Depuis 2006, j’ai été approché une centaine de fois et j’ai en tout pratiqué trois exorcismes», nous explique le plus expérimenté d’entre eux, qui préfère conserver l’anonymat.

Reste qu’à en croire des spécialistes réunis à Rome, l’augmentation perçue chez nos voisins s’expliquerait en partie par une diffusion planétaire d’occultisme, de satanisme ou de séries et films avec par exemple des suceurs de sang. Ainsi, dans The Independent, le Pr Giuseppe Ferrari, membre d’un groupe catholique de recherche socio-religieuse (GRIS), pointe «ceux qui essaient de transformer les gens en vampires et leur faire boire le sang d’autres personnes». En octobre dernier, le porte-parole de l’Association internationale des exorcistes (AIE) Valter Cascioli estimait lui aussi que «le nombre de personnes qui souffrent de graves dommages sociaux, psychologiques, spirituels et moraux est en constante augmentation», en partie à cause de la diffusion de l’occultisme.

Soutien du souverain pontife

Et l’«effet pape François»? Plus que ses prédécesseurs, il évoque régulièrement la présence néfaste du «malin», du «démon» ou de «Satan» dans ses messages. Le souverain pontife a également plusieurs fois montré son soutien aux exorcistes. En juillet dernier, la Congrégation vaticane pour le clergé a reconnu juridiquement l’AIE, forte de quelque 250 exorcistes de trente pays. Et en octobre, le Saint-Père lui a écrit pour remercier ceux qui en exerçant ce «ministère particulier» manifestent «l’amour et l’accueil de l’Eglise envers ceux qui souffrent à cause de l’œuvre du Malin». Bref: si l’exorcisme a pu par le passé être un sujet de discorde au sein de l’Eglise catholique, il semble aujourd’hui en odeur de sainteté.

Créé: 16.04.2015, 06h41

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.