Mardi 22 octobre 2019 | Dernière mise à jour 23:29

Tuerie de Daillon Une marche silencieuse rend hommage aux victimes

Une marche silencieuse a été organisée samedi soir dans les rues du village valaisan meurtri par la fusillade qui a fait trois morts et deux blessés mercredi.

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Samedi soir, une marche silencieuse en hommage aux victimes de la fusillade qui a fait trois morts mercredi a été organisée à Daillon (VS). Dans la matinée, on a appris que le père de famille de 33 ans, grièvement blessé, était tiré d’affaire. Opéré vendredi, il va rester aux soins intensifs à Sion, où il est hospitalisé, a communiqué la police cantonale samedi.

Il avait été gravement touché au bassin par l'auteur de la fusillade, un homme de 33 ans qui affirme avoir voulu régler un problème familial de longue date.

L'épouse du blessé, 32 ans, mère de deux enfants en bas âge, a perdu la vie dans la tuerie de mercredi soir. Deux autres femmes âgées de 54 et 79 ans sont également décédées.

Près de 300 personnes leur ont rendu hommage samedi soir dans la localité de 400 âmes. Des bougies à la main, elles se sont rendues depuis la place du village vers l'église, devant laquelle avait été érigé un autel avec les portraits des victimes. L'assemblée silencieuse y a déposé les lumières.

Armes confisquées plusieurs fois

Mercredi, le forcené, sans emploi, au bénéfice d'une rente invalidité et sous le coup d'une mesure tutélaire, a aussi blessé à l'épaule son oncle de 63 ans.

Selon le Ministère public valaisan, il était en possession de plusieurs armes, notamment deux mousquetons, un fusil de chasse à grenaille, une carabine à plomb, un pistolet air soft et un pistolet d'alarme. Il détenait également plusieurs dizaines de cartouches, des bandes de chargement pour mitrailleuse, des poignards et des baïonnettes.

Des armes lui avaient été confisquées à plusieurs reprises par le passé. En 2005, lorsque le trentenaire avait été interné en milieu psychiatrique sur intervention de la famille, du corps médical et de la police, les forces de l'ordre avaient séquestré et détruit les armes qu'il possédait.

Exclu de l'armée

En juin 2006, l'armée lui avait repris son pistolet et son fusil d'assaut après l'avoir exclu de l'armée et déclaré inapte au service militaire pour des raisons médicales, a indiqué dimanche à l'ats son porte-parole Christoph Brunner, confirmant une information du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung.

Le trentenaire avait travaillé pour l'armée comme militaire contractuel de juillet 2001 à décembre 2003. En juillet 2003, il avait reçu le grade de capitaine et s'était vu confier le commandement d'une compagnie. Mais de fin 2003 à son exclusion en 2006, il n'a pas passé un seul jour à l'armée, a souligné le porte-parole.

Mercredi soir, l'homme a fait feu avec au minimum deux armes sur plusieurs personnes depuis la fenêtre de son appartement, puis dans la rue. Il a tiré plusieurs dizaines de coups. La police s'est rapidement rendue sur place. Elle a dû tirer sur le forcené, le blessant au thorax.

Discussion politique

Les cérémonies funèbres des trois victimes auront lieu lundi et mardi à la cathédrale de Sion et dans une église de la localité d'Erde, selon les avis de décès publiés dans le Nouvelliste. Les familles n'autoriseront pas les médias à pénétrer dans les lieux de culte, a précisé Jean-Marie Bornet, porte-parole de la police cantonale.

Le drame de Daillon sera aussi dans les esprits des membres de la Commission de la politique de sécurité du Conseil national, qui siégera lundi et mardi. Les discussions porteront sur l'usage abusif d'armes militaires. La présidente de la commission Chantal Galladé (PS/ZH) estime possible un consensus pour combler les lacunes de la loi sur les armes.

La plateforme commune rassemblant les registres cantonaux des armes ne fonctionnera complètement qu'à l'horizon 2016, alors que le Conseil fédéral prévoyait initialement qu'elle serait pleinement opérationnelle dès 2014. Cet outil pourrait remplacer partiellement le registre central des armes proposé dans l'initiative populaire «pour la protection contre la violence des armes» refusée en février 2011. (ats/nxp)

Créé: 06.01.2013, 15h07

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.

Paid Post

CallDoc, assuré malin et flexible
Bénéficiez de consultations médicales 24h/24, 7j/7 et faites des économies! Profitez du rabais de prime sur l’assurance-maladie de base. Demandez une offre maintenant.