Mardi 11 décembre 2018 | Dernière mise à jour 01:48

Sécurité Fallait-il autoriser le retour de Majd?

Le décès présumé d’un djihadiste biennois, dont le statut de réfugié avait été révoqué par la Suisse en 2013, pose de nouveau la question du retour des combattants.

Majd N., un djihadiste biennois d’origine jordanienne, serait décédé en Irak. En 2013, la Suisse avait révoqué son statut de réfugié.

Majd N., un djihadiste biennois d’origine jordanienne, serait décédé en Irak. En 2013, la Suisse avait révoqué son statut de réfugié. Image: DAI KUROKAWA / EPA

Faut-il empêcher les djihadistes suisses de rentrer au pays?

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur?

Le djihadiste biennois d’origine jordanienne, Majd N., serait décédé en Irak, selon Le Temps de samedi. Une information qui relance le débat sur le retour en Suisse des combattants. En décembre 2013, l’Office fédéral de la police avait prononcé une interdiction temporaire d’entrée et l’Office fédéral des migrations avait révoqué son statut de réfugié. «La décision était assez sage. Il a pris le risque de quitter la Suisse, il ne pouvait pas revenir comme si de rien n’était», souligne le conseiller national Eric Voruz (PS/VD).

Pour lui, une personne qui n’a pas la nationalité helvétique et qui quitte la Suisse pour le djihad ne doit pas pouvoir revenir. Une position appuyée par son homologue Yannick Buttet (PDC/VS). «Il faut absolument empêcher le retour des djihadistes étrangers. Ils ont vécu ou participé à des exactions assez atroces. Nous ne devons pas devenir une base arrière du terrorisme», assure-t-il.

«La protection des citoyens»

Selon lui, le décès de Majd N. montre bien que la Suisse est également touchée par la problématique. «S’ils ont la nationalité helvétique, on est obligé de les accepter, mais il faut les punir plus sévèrement à leur retour», préconise-t-il. Le conseiller national valaisan va même plus loin. Pour lui, les binationaux devraient se voir retirer leur passeport suisse.

«C’est un peu facile de se décharger ainsi. On doit assumer, il n’y a pas de citoyen de seconde zone», rétorque le président du MCG, Roger Golay. Le conseiller national rejoint pourtant les opinions de Yannick Buttet sur les autres points. «Il faut penser à la protection des citoyens. Nous n’avons pas à nous créer des dangers supplémentaires.» De son côté, la conseillère nationale Cesla Amarelle (PS/VD) dénonce une «politique du symbole». «L’efficacité d’une mesure contre les binationaux est quasi nulle. Cela ne concerne que six personnes actuellement en Suisse», souligne-t-elle.

Par ailleurs, la socialiste précise que les demandeurs d’asile soupçonnés d’avoir participé au djihad ne peuvent pas forcément être refoulés. «Si la personne est en danger de mort dans son pays, nous n’avons pas le droit de la renvoyer. Même si c’est un terroriste», détaille-t-elle. Un permis provisoire doit donc lui être attribué. «Mais on peut lui révoquer son droit à l’asile et bien sûr la juger si elle a commis des crimes.» Pour le conseiller national Ueli Leuenberger (Verts/GE), accepter le retour ou non d’un djihadiste n’est pas qu’une question de nationalité.

«Il faut étudier chaque cas individuellement. Notamment si la personne a grandi en Suisse ou si elle a de la famille ici.» Mais selon lui, l’essentiel est ailleurs. «Il faudrait surtout tout faire pour qu’ils ne partent pas en étant beaucoup plus offensifs dans la prévention.» (Le Matin)

Créé: 30.03.2015, 06h35

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.