Dimanche 16 décembre 2018 | Dernière mise à jour 11:55

Suisse Les femmes paient plus pour les WC dans les gares

Le tarif pour utiliser les toilettes destinées aux femmes dans les grandes gares suisses est 33% plus élevé que celui des urinoirs pour messieurs.

Les WC de la gare de Bâle.

Les WC de la gare de Bâle. Image: site de la gare de Bâle

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Les prix des toilettes publiques dans les grandes gares suisses seraient-ils discriminatoires? En effet, les WC-cabines destinés d'abord aux femmes coûtent 33% de plus que les pissoirs réservés exclusivement aux messieurs, relève mercredi la RTS sur son site. Tant à Genève que Lausanne, Berne ou Zurich, les femmes doivent débourser 2 francs pour faire pipi, tandis que les hommes ne paient que 1,50 franc.

Interrogés, les CFF nient toute discrimination et rappellent que les toilettes sont mixtes et gratuites dans les trains. Ils renvoient la responsabilité de ces différences de tarif aux exploitants privés qu'ils ont mandatés, soit la société zurichoise Vebego et la firme bâloise Mc Clean.

Mêmes tarifs en Allemagne

Une entreprise qui s'occupe aussi de WC en Allemagne. Or, sur sa page internet, elle l'inscrit clairement: WC-cabine ou pissoirs, les prix sont les mêmes. Interrogée par la RTS, Mc Clean n'a pas souhaité s'expliquer. Quant à Vebego, elle a juste indiqué que la police des prix n'avait pas été élaborée par ses soins.

Pour la conseillère nationale socialiste Rebecca Ruiz, cette différence de prix est bel et bien un cas de discrimination, «de la même manière que la 'taxe rose' qui existe en Suisse». La Vaudoise rappelle ainsi les tarifs différents pour les mousses à raser, les rasoirs ou les parfums quand ces produits s'adressent aux femmes, ou encore la TVA trop élevée pour les produits exclusivement féminins, comme les serviettes hygiéniques ou les tampons.

Pour rappel, l'ex-conseiller national socialiste vaudois Jean Christophe Schwaab avait déposé en 2016 un postulat pour que le Conseil fédéral examine l'existence d'une taxe rose en Suisse. Sa demande avait été rejetée, Berne estimant que le respect des pratiques commerciales, notamment l'affichage clair des prix, suffisait. Le gouvernement avait ajouté que parfois la différence de prix pouvait se justifier.

Quant au taux de TVA plus élevé pour les produits féminins, la RTS rappelle que le National a balayé en février dernier une motion d'un parlementaire socialiste qui s'étonnait que les serviettes hygiéniques soient davantage taxées que la litière pour chat.

(nxp)

Créé: 13.06.2018, 15h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse commentaire@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.