Mardi 18 juin 2019 | Dernière mise à jour 18:12

Énergie nucléaire «Fermez Beznau aussi vite que possible!»

Un expert en énergie atomique allemand a recommandé lundi aux parlementaires à Berne de fermer au plus vite la centrale.

Beznau 1 et 2 sont entrées en service en 1969 et 1971 respectivement, ce qui fait de Beznau 1 la plus ancienne centrale de notre pays.

Beznau 1 et 2 sont entrées en service en 1969 et 1971 respectivement, ce qui fait de Beznau 1 la plus ancienne centrale de notre pays.

Galerie photo

Signaler une erreur

Vous voulez communiquer un renseignement ou vous avez repéré une erreur ?

Gageons que les anti-nucléaire seront aussi ravis qu'inquiets de la recommandation que vient de faire Dieter Majer aux parlementaires sous la coupole: cet expert allemand en énergie atomique leur a enjoint de fermer au plus vite Beznau, explique le site de 20 Minuten.

Invité par la commission de l'énergie du Conseil des Etats à s'exprimer sur la stratégie énergétique de la Suisse et le plan de sortie du nucléaire, l'Allemand a dit ne pas comprendre pourquoi Beznau I et II, qui devraient être mises hors service en 2030, selon le Conseil national, n'étaient pas fermées immédiatement. «Il y a des soucis en matière de sécurité de base, comme les soudures ou la conception de la cuve du réacteur, ce qui est le plus important pour une centrale. Si cela lâche, c'est la fusion du réacteur assurée», indique-t-il dans un interview.

Trois accidents majeurs

Dieter Majer, ancien chef de la Sécurité en matière atomique au ministère allemand de l'environnement, explique qu'il n'y a pas de sécurité absolue en matière de nucléaire. Tout citoyen d'âge mûr a connu au moins trois accidents atomiques majeurs au cours de son existence - Three Mile Island (1979), Tchernobyl (1986) et Fukushima (2011), rappelle-t-il. «Et il faut être transparent envers la population: si une installation explose et que les vents sont favorables, la Suisse serait rayée de la carte», prévient-il.

L'expert allemand donne son avis également sur les 700 millions de francs investis pour rénover la centrale de Beznau construite en 1969, ce qui pourrait permettre de l'exploiter bien au-delà de 50 ans. Et il se montre plus que sceptique.

Selon lui, une telle mise en conformité ne peut se justifier que si les critères actuels de la technologie sont respectés. Or, ce n'est pas possible pour cette centrale pour des raisons techniques, voire économiques. Cela reviendrait aussi cher que de construire une nouvelle installation, indique-t-il. En outre, le processus de vieillissement ne doit pas être sous-estimé. Les matériaux deviennent cassants, se corrodent et s'usent.

Seulement 5% des risques évalués

Pourtant, les centrales suisses sont bien notées par les stress tests européens. N'est-il donc pas trop alarmiste? Dieter Majer explique que ces tests de résistance ne sont effectués que pour des situations de séisme ou d'inondations. Ce qui représente seulement 5% des risques qu'encourt une centrale, explique-t-il.

L'expert s'exprime aussi sur un risque d'attentat via un avion par exemple. L'âge de ces centrales jouerait aussi un rôle, selon lui. «Dans le cas de Mühleberg, un mur d'enceinte en béton de 15 cm d'épaisseur la protège. Une perceuse arrive déjà à le traverser. Un petit avion pourrait donc très bien l'endommager.» (nxp)

Créé: 11.08.2015, 15h21

Publier un nouveau commentaire

Attention, une nouvelle procédure est en place. Vous devez vous inscrire ou mettre à niveau votre profil
"Le Matin" aime les débats. Mais trop d'abus ont lieu dans les forums. La politique pour commenter un sujet a changé. Vous devez créer un compte utilisateur ou compléter votre profil existant avec un numéro de téléphone mobile (vous n'en avez pas? envoyez une demande à l'adresse lm.online@lematin.ch). Nous vous prions d’utiliser votre nom complet. Les fausses identités seront bannies. Nous refusons les messages haineux, diffamatoires, racistes ou xénophobes, les menaces, incitations à la violence ou autres injures. Merci de penser que de nombreuses personnes vous lisent. Et bon débat!
La rédaction

Caractères restants:

J'ai lu et j'accepte la Charte des commentaires.

No connection to facebook possible. Please try again. There was a problem while transmitting your comment. Please try again.